L’initiation en pays Lobi

A Kampti mon village,
chaque sept ans a lieu l’initiation
des jeunes Lobis

 

J’aimerai vous parler ici de mon village

 

*L’ouest du Burkina Faso                                                             *Le territoire Lobi

L’origine du nom de mon village

Mon village s’appelle Kampti (encadré sur la carte ci-dessus. Il est situé à environ 450 km de la capitale de mon pays qui est Ouagadougou, dans le Sud-Ouest du Burkina faso. Kampti est une commune rurale du burkina faso d’environ 7468 âmes. En terme de superficie c’est la plus grande commune rurale du BURKINA FASO. les principaux villages qui forment la commune rurale de Kampti sont: Kampti, Galgouli, Passena,  Kompi, Poniro, Dinkafra, Gbangbankora, Niaména, Timkiro, Bandadjèra, Gotakploara…La commune rurale de Kampti fait frontière avec la côte d’ivoire  et de ce fait elle a été touchée de plein fouet par la crise Ivoirienne. Espérons que tout rentre dans l’ordre et que tout roule comme avant dans ce pays frère puisque l’histoire et la géographie nous unies.Kampti est peuplé à majeure partie de Lobi (autotchones) mais aussi des Dioula(Marka) des mossi des peulhs…En rappelle le peuple Lobi;en fait toute la grande famille des Lobi y compris les Dagaras sont acéphales c’est à dire des peuples dont leur structure sociale ne comporte pas de chef à proprement parlé. Ce sont des peuples libres, pas du tout anarchistes, mais qui pour rien au monde ne veulent perdre ce droit qu’est la liberté.  Venus du Ghana voisin après avoir traversé le Mouhoun les lobis se sont installé dans dans la frange Sud-Ouest du Burkina faso et surtout au Nord de la Côte d’Ivoire. Ainsi mon village Kampti a été fondé par Sib Mankou (Sib est le nom et mankou est vraisemblablement un nom de guerre).Traduit littéralement "Kampti" veut dire "d’ou viens tu?" Il semblerai que quand le premier colon est arrivé dans mon village il a trouvé une femme qui pillait le mil. Le colon lui demanda le nom de son village et comme le Lobi n’est pas un Homme à se faire marcher dessus; sinon comment quelqu’un peut  oser poser une question sans daigner saluer; lui Lobi, son interlocuteur! C’est le comble de l’impolitesse.La femme Lobi qui ne pouvait avaler une telle humiliation lui répliqua nerveusement: "ka fi té" ce qui veut dire "d’ou viens tu ?" et ce que le colon a noté en prenant bien le soin de transformer le "fi" en "mp"; d’où le nom Kampti.

Les prénoms chez les Lobis

Quand un enfant naît, n’importe où dans le monde c’est une joie pour sa famille.Les Lobis ne dérogent pas à la règle.Ainsi pour célébrer cette joie l’enfant Lobi est présenté au fétiches de sa famille juste après a coupure du cordon ombilical. Un nom lui sera alors donné et comme la succession ou l’héritage chez les  Lobi le nom donné à l’enfant est intrinsèquement lié à la femme: – S’il est le premier fils de sa mère il s’appellera Sié; et suivant cet ordre on aura: Sansan, Ollo, Koko, Bêbê, thô… Mais dans certains dialectes, Sansan est remplacé par Sami.Chez les Djans, le prénom Sansan dévient Sami et Ollo dévient Olé.-Si l’enfant est une fille elle recevra le nom Yéri; Oho; Ini; Kpini ou Cessere … si elle est respectivement 1ere, 2 eme, 3eme ou 4eme fille de sa mère. Toujours chez les Djans  le prénom Yéri devient Yéli.Dans le cas où la femme avait auparavant un enfant, si elle se remarie ses enfants porterons les noms suivants de la liste; sans répétition possible entre les noms des enfants d’une même femme.Mais tout de même dans une famille polygame on se retrouve souvent avec 3 Sié dans la même famille: Sié de telle femme et Sié de telle autre.S’ il arrivait que la liste de nom s’épuisait ou très souventpar des concours de circonstances d’autres nomssont prévus. On peut citer en exemple: Koumbou (petit homme), Kersiè (fille claire) Koumblo (homme blanc; albunos), Thibo (enfant né apres le déces de son père), Nibo (enfant né juste avant le décès de sa mère),Naba et Djami (pour les cas de jumeaux), des noms des fétiches protecteurs de la famille ou du village (surtout quand l’enfant à été gravement malade dans son enfance et que les parents ont eu recours à ceux ceux-ci pour sa guérison) mais également des noms de rivières.Mais le vrai nom Lobi se gagne, il ne se donne pas. En effet on peut qualifier tous ces noms cités ci dessus des noms  pour enfants et adolescents. Pour avoir un vrai nom Lobi il aller à l’initiation. Car ici on ne pas se limiter au mot initié puisque l’initiation chez  les Lobi c’est un voyage, un pélérinage.Ainsi, chaque 7 ans tous le peuple Lobi(Lobi, Djan, Birifor, Dagara, Wilé, Tounis …) du Burkina et du nord de la Côte d’Ivoire font un pélérinage vers le Fleuve Mouhoun frontière entre le Bukina Faso et le Ghana, symbole du retour aux sources et surtout du souvenir de la grande migration car c’est en effet ce fleuve que tous les Lobis ont traversé dans l’espoir d’une vie meilleure ailleurs. A l’issue de ce  pélérinage et la formation qui s’en suit le jeune Lobi recevra un vrai nom, son nom d’homme, un nom définitif.

les fondements de la société Lobi et leur nom d’initiés ;
leur nom d’homme.

Le lieu de l’initiation: le fleuve Mouhoun ou Volta River au Ghana

 Les premiers jours

Aux premiers jours de l’initiation il ya tout d’abord le son du tambour de l’initiation avec cette musique si particulière  qui pénètre intensément dans le corps de l’averti à savoir le petit Lobi. A la suite du tambour qui commence depuis la brousse  vient le chant qui rappelle aux non initiés "les Djankouman" que le jour du jugement est arrivé. Le jour ou toutes les sanctions vont tomber sur l’enfant impoli; irrespectueux. Ainsi après le son de ce tambour tout Djankouman ou non initié ne devrait plus être aperçu hors de sa case. C’est donc le jour de la débandade s’il vous trouvait loin de chez vous. Je porte toujours une cicatrice à la cuisse gauche qui me rappelle encore cette folle journée comme si c’était hier: ce jour là j’étais parti chercher des tiges de mil pour faire une clôture autour d’un jeune bananier que les porcs étaient sur le point de déraciner. C’est de là-bas que j’ai entendu tonner le tambour de l’initiation. Dans mes foulées pour fuir la horde des initiés ; "les Djorbé" à mes trousses et regagner les miens je trébuchai sur une tige de mil et tombai. la tige m’incisa profondément la cuisse mais  je réussis à rentrer chez moi sans une goutte de larme; la peur aux fesses. Bref ce n’était qu’un accident et c’était l’initiation… Donc aux premières heures  de l’initiation c’est la chasse aux non initiés. Ils sont traités de tous les maux de la société Lobi et fouettés s’ils n’étaient pas respectueux des parents, des initiés ou tout simplement des ainés.Cette période est également celle des grandes cachettes. Le pays lobi étant une région très accidentée on y rencontre beaucoup de grottes. Si pendant les promenades on en découvrait une , elle servait pour ces situations là. Je connais un ami qui, pour fuir les coups s’est caché dans une grotte pendant au moins une semaine. (Il se pourrait que vous en sachez plus sur son histoire s’il le veut bien). Quelques jours après la chasse aux non initiés, des groupes arrivent par vagues successifs selon la lignée des uns et des autres. Ils restent aux alentours du village mais toujours en battant le tambour de l’initiation et les chants qui vont avec. Des messagers sont envoyés pour annoncer que les descendants de tel illustre Homme partent pour l’initiation de leur progéniture. Ceux qui se reconnaissent de cet Aïeul envoient leur progéniture avec nourriture,  plats, quelques vêtements, des objets de culte des cauris de l’argent et des  accompagnateurs pour assister les plus faibles. Ces groupes suivront ainsi exactement les pas qu’a suivi leur ancêtre avant qu’ils ne soient à leur village actuel.J’avoue qu’en fonction des groupes c’est à dire en fonction de la descendance du non initié les itinéraires changent ainsi que les méthodes également. Certaines familles envoient leur descendance  à l’initiation avec comme accoutrement rien que des cache-sexes alors que d’autres tolèrent que le non initié porte même des chaussures. Et compte ténu de la périodicité de l’évènement assez étalé (chaque sept ans),un enfant de sept ans qui n’a pas pu participé à une initiation qui a lieu par exemple cette année, aux initiations prochaines celui-ci aura 14 ans et si c’est une fille, vous comprenez que si elle ne doit porter qu’un cache-sexe c’est quand même compliqué…

La marche

Elle est pénible et pleine d’embuches.Elle varie en fonction de la situation géographique des uns et des autres. Pour certains elle vaut 200 km l’aller-retour, pour ceux de mon village par exemple il est d’environ 100 km l’aller-retour. Les initiés font ce trajet à pied et souvent sans chaussures puisque certains groupes l’interdisent. Ils dorment là où la nuit les trouve et dans certains villages s’ils ont la chance. Ici l’homme est mis face aux atrocités de la nature et il doit survivre s’il est Lobi accompli. Celui qui succombe sur la route de l’initiation, on dira que le Fleuve (Mouhoun) l’a pris; l’a emmené et il n’aura pas de funérailles. Mais tout au long de l’initiation la nuit des leçons d’hommes sont données aux hommes; les qualités comme la bravoure, la solidarité, … certaines leçons sur sur la manière de gérer la famille et bien de choses encore. Pour les femmes des leçons leur sont données par les accompagnatrices sur la séduction et la gestion de la famille. Pour palier aux ruptures de provisions qui peuvent survenir au cours du voyage chaque groupe tente de rejoindre autant que possible les grandes  localités de la région. C’est ainsi que Gaoua plus grande ville du Sud-ouest du Burkina Faso est incontournable pendant les initiations. Sitôt les provisions acheter le groupe se met en route vers le rendez de chaque sept ans: le fleuve Mouhoun car quelque soit sa descendance, son dialecte (lobiri, birifor,djans, dorossié, wilé, touni …) tout le peuple Lobi est unanime, "Nous avons tous traversé le Mouhoun pour de meilleures terres et nous devons nous en souvenir".A très bientôt pour savoir ce qui se passe au bord du fleuve Mythique et aussi pour savoir comment se donnent les noms.

K. Benjamin

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’initiation en pays Lobi

  1. yann dit :

    Bonjour, je viens de découvrir ce blog très interressant. Félicitations.Je suis à Bobo depuis un an + en coopération et j’ai eu la chance de passer par Gaoua le jour de Noel. La culture Lobi m’a vraiment interressé et je me suis bien promis d’y revenir. Concernant l’attribution des noms traditionnels, ils sont sur ce que j’en ai compris porteur d’une morale, d’un enseignement qui doit guider l’homme dans sa vie.Une petite question en passant à ce sujet: le Nom traditionnel "SANSAN" signifie t ‘il "les vrais amis ce compte sur les doigts d’une main" ? par avance merci.Yann dit zogotelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s