Retransmission des matchs : Le gouvernement burkinabè refuse de céder au chantage

Le DG de la RTB, Yacouba Traoré

GIF - 54.8 ko

Les Burkinabè seront privés de la CAN Angola 2010. La raison ? Le coût exorbitant que le détenteur des droits de retransmission audiovisuels demande au Burkina de payer (environ 800 millions). Au-delà du montant, les autorités politiques y voient un chantage fait à notre pays et ont décidé de ne pas y céder. Vous lirez également le compte-rendu d’un point de presse sur ce sujet donné par le DG de la RTB, Yacouba Traoré.

Le 10 janvier prochain, les nations africaines se donnent sportivement rendez-vous en Angola pour la CAN 2010. Notre 11 nationale est de ce prestigieux meeting avec le soutien toujours renouvelé de ses fans. Le peuple burkinabè est épris du ballon rond, c’est presque une lapalissade que de le dire. Mais cette année, le petit écran n’offrira pas le spectacle. Motif, le coût exorbitant, presque irritant, demandé aux chaînes de télévision par LC2 Afnex, détenteur des droits de retransmission des matchs. De un milliard de nos francs, les tractations n’ont fait fléchir LC2 Afnex que de quelques millions, faisant passer la dépense à plus de 800 millions néanmoins.

Une telle somme est hors de portée de la TNB. Et le seul recours restait le gouvernement. A quelques heures du coup d’envoi de la CAN, le sort de la retransmission est définitivement scellé. Face à ce qui apparaît nettement comme un chantage fait aux nations qualifiées par le détenteur des droits de retransmission, le choix courageux de refuser l’offre a été fait par les autorités.

Le gouvernement est conscient de l’engouement que suscite la participation des Etalons à cette CAN 2010, mais, plus que conscient, il est responsable et avisé. Investir plus de 800 millions de nos francs pour offrir un divertissement à un peuple qui se remet péniblement de la crise économique doublée d’une catastrophe naturelle n’est certainement pas un acte responsable.

Si cette décision pénalise une bonne partie des fans du football, elle ne devrait cependant pas susciter une quelconque démoralisation de nos représentants dans les cuvettes angolaises, ni les fervents supporters du Onze national. Les Etalons ont plus que jamais le soutien du gouvernement et du peuple tout entier ; nos vœux les accompagnent, car leur chance de briller reste intacte en dépit de tout.

Ce refus du gouvernement devrait être compris comme une représaille contre les attitudes éhontées de marchandage nées autour d’un jeu reconnu comme facteur d’intégration et de paix. Les besoins du peuple sont énormes, tous plus pressants les uns que les autres. Saluons cette clairvoyance qui a le mérite de nous soustraire d’une gabegie sans précédent au moment où les cordons de la bourse de nos partenaires techniques et financiers se resserrent plus que de raison.

Kader Traoré L’Observateur Paalga

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s