Alliance francophone : Une récompense internationale pour son 20e anniversaire

L’Alliance Francophone a tenu son Assemblée Générale le 20 mars 2010 au Pavillon Dauphine à Paris. Une rencontre qui coïncide avec le 20ème anniversaire de l’association qui vient de recevoir « le Mérite au développement international de la langue française » décerné par l’Institut International Prestige et Promotion de Genève.

Dans son discours d’ouverture, Jean R. Guion, son Président International A évoqué la naissance de l’association « Déjà 20 ans !!! Qui aurait pu croire que l’improbable initiative de trois aventuriers idéalistes, Leïla Hawari, Jean Bertho qui est l’inventeur de notre nom, et moi-même, celle de défendre et promouvoir les valeurs francophones à travers le monde, aurait duré aussi longtemps et que ce pari, aussi exigeant que fou, serait couronné par la reconnaissance internationale de plus de 99 pays et par celle du prestigieux IIPP ? »

« Nous avons su éviter les écueils qui auraient pu faire de nous des « ayatollahs » francophones, ou des gestionnaires pseudo institutionnels, rigides et auto-satisfaits, en basant toutes nos actions sur une absolue indépendance et une farouche volonté de défendre une Francophonie généreuse et ouverte sur le monde ! » a-t-il indiqué, « nous existons aussi pour que d’autres puissent exister, et pour conforter ainsi, sans cesse, les expressions de cette diversité qui nous est si chère ! »

Jean R Guion a également rappelé que « l’espace francophone, cadre ultime de solidarité et de dialogue, doit servir de levier pour veiller à la cohérence de l’architecture de l’action internationale dédiée aux questions de développement durable. La Francophonie doit rester vigilante, notamment, dans le cadre de l’élaboration d’une nouvelle gouvernance internationale sur le climat. Car il ne faudra pas oublier de protéger de manière satisfaisante les plus vulnérables aux changements climatiques, en particulier pour ce qui est de leur santé et de leur sécurité alimentaire. Nous sommes nombreux à penser que la Francophonie a le devoir d’influencer ce processus. La question est d’autant plus importante qu’elle touchera à certaines valeurs telles que la fraternité et la solidarité qui sont les fondements de cette famille et qu’elle doit partager avec le reste du monde ».

« Finalement, a souligné le Président International de l’Alliance Francophone, un grand défi peut être relevé grâce à l’optimisme d’une volonté mobilisatrice : il s’agit de créer un climat de confiance renforçant la cohésion sociale et la participation démocratique en vue d’un développement harmonieux où la culture du résultat doit l’emporter sur l’approche technocratique. Ce sont là quelques idées et actions concrètes. Elles sont à la portée de la Francophonie pour non seulement continuer à être un espace plus solidaire, mais aussi un espace à la pointe des enjeux de développement durable qui affectent notre planète. »

En conclusion, Jean R Guion a tenu à dire « même si nous sommes parfois qualifiés de rêveurs, voire de poètes, nous savons, comme l’écrivain québécois Roch Carrier, que les rêves du poète se réalisent toujours pour la simple raison qu’ils ne sont pas des rêves mais de clairs regards jetés sur la réalité du monde ! » tout en regrettant que « après une lueur d’espoir au printemps 2009, notre combat pour l’établissement d’un « Visa Francophone » n’a toujours pas abouti, un visa qui permettrait aux Francophones d’échanger et aux créateurs de richesses culturelles, économiques et artistiques de circuler dignement dans notre espace commun linguistique ». « Pourtant, a-t-il insisté nous poursuivrons, avec votre aide, cette impérieuse exigence qu’est celle de l’établissement d’un visa francophone !


Les Résolutions de l’Assemblée générale

                               Les membres de l’Assemblée Générale de l’Alliance Francophone ont adopté 7 résolutions :

• estimant que la liberté de circuler est un élément fondamental du développement de la Francophonie, renouvelle son souhait de voir cette liberté facilitée et réaffirme sa volonté de voir réaliser son projet de « visa francophone » qui permettra une circulation plus aisée et plus digne des créateurs francophones de richesses culturelles et économiques dans leur espace,

• estimant que l’apprentissage de la langue française n’est plus satisfaisant, souhaite que tout soit mis en œuvre pour que les professeurs de français puissent disposer, rapidement, de nouveaux moyens afin d’être en mesure de donner aux élèves le goût de cette langue de culture,

• estimant que la langue française est particulièrement maltraitée dans les médias et la publicité, demande à Alain Joyandet, secrétaire d’Etat chargé de la coopération et de la francophonie, d’accentuer fermement la lutte contre les anglicismes,

• estimant que les hommes politiques, artistes, journalistes, et plus largement ceux qui s’expriment à longueur de journée, en particulier à la télévision, adoptent un laisser aller coupable en ne parlant plus un français correct qui permet de les comprendre, leur demandent de prendre conscience de leur exemplarité et de se ressaisir,

• estimant que la défense des valeurs humanistes véhiculées par le français dans l’espace francophone, et en dehors de celui-ci, est de plus en plus nécessaire, demande à l’OIF d’être plus directive et plus audible dans ses prises de position quand ces valeurs sont remises en question,

• estimant que le français reste et demeure une langue de liberté, l’Alliance Francophone réaffirme son soutien à tous ceux qui luttent pour vivre libres et dignes en Palestine, en Birmanie, à Cuba, en Chine, et plus généralement partout où les peuples sont bâillonnés,

• estimant que le français ne doit pas être l’apanage d’une élite, l’Alliance Francophone souligne l’importance qu’il y a à promouvoir, par des mesures concrètes, les vecteurs populaires tels que la chanson, la poésie, le sport, la mode et tout ce qui fait « l’art de vivre francophone ».

Enfin l’Alliance Francophone se réjouit de constater qu’au cours des Jeux Olympiques d’hiver, à Vancouver, de notables efforts ont été faits pour que soient respectés l’usage et la pratique du français.

Fait à Paris, le 20 mars 2010.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s