Fondation Suka : le cancer ne passera pas par les enfants

Malgré les actions des pouvoirs publics, la prise en charge des enfants malades du cancer demeure une préoccupation majeure dans notre pays. C’est suite à ce triste constat que la Fondation Suka , dont le crédo, depuis la création est de favoriser le mieux-être des couches vulnérables, en l’occurrence les femmes et les enfants, a décidé de mener la lutte contre ce fléau. Chantal Compaoré, épouse du chef de l’Etat et présidente de la fondation à l’honneur est d’autant plus déterminée que le mal n’épargne aucun pays, ni aucune couche sociale.

C’est même une des premières causes de mortalité dans le monde, déplore la Première dame. « Chaque année, plus de 160 000 enfants sont diagnostiqués et environ 90 000 en meurent », a-t-elle révélé en notant que pourtant, « avec un traitement rapide et efficace, la plupart des cancers peuvent être guéris ». Mais, une fois de plus, et comme dans d’autres et nombreux cas, le mal est au sud alors que les médicaments sont au nord.

Ce n’est pas Mme Compaoré qui dira le contraire, elle qui regrette que dans les pays développés, le taux de survie soit de près de 80% alors que « dans les pays en développement, où 80% des enfants atteints du cancer vivent, et où l’accès à un diagnostic précoce, l’accès à l’information et à des soins efficaces ne sont pas encore disponible, il chute à 20, voire 10% ». D’où toute la noblesse et surtout le sens du combat de la Fondation Suka, qui, pour marquer ses 20 ans d’existence, a décidé d’« améliorer la prise en charge médicale et psychosociale des enfants atteints du cancer au Burkina Faso ».

C’est dans cette logique que la « Fondation Suka pour la protection de l’enfance », qui a déjà, à son acquis, un long chapelet d’activités au profit de l’épanouissement des enfants et de la femme, a organisé, le samedi 8 mai dernier à Ouagadougou, une soirée de bienfaisance.

Plus qu’une manifestation festive, ce fût l’occasion pour Chantal Compaoré et ses collaborateurs d’opérer une collecte de fonds, en ralliant à la cause des enfants malades du cancer, nombre d’opérateurs économiques de la place, qui n’ont pas hésité à sortir leur chéquier. Pour la soirée, la présidente de la Fondation Suka n’a pas manqué de soutien, avec à ses côtés son époux qui a également mis la main à la poche, tout comme d’autres citoyens soucieux des problèmes de l’enfance. Blaise Compaoré a offert 20 millions de francs CFA pour soutenir la structure dans sa quête permanente de bonheur pour les enfants.

Morin Yamongbè

Fasozine

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s