Pluie diluvienne à Bobo : De gros dégâts

La nuit s’est écourtée pour de nombreux Bobolais au petit matin du mardi 11 mai 2010. Perturbés dans leur sommeil par des vents violents qui soufflaient tous azimuts peu après quatre heures, beaucoup d’entre deux ont en effet assisté impuissants aux nombreux dégâts causés par ces intempéries. Des vents violents accompagnés par une forte pluie aux conséquences incalculables sur l’environnement.

C’est presque un décor apocalyptique qui s’offrait aux Bobolais hier en début de matinée. Des habitations endommagées, des clôtures effondrées, des bâtiments entièrement ou partiellement décoiffés, des fils pendants, des poteaux électriques tordus, de gros arbres complètement dessouchés et qui jonchent les rues de la ville, de gigantesques panneaux publicitaires à même le sol, des rues devenues inaccessibles, etc. Rien n’a été épargné par ces vents d’une extrême violence qui se sont manifestés aux premières heures du mardi. Une matinée cauchemardesque pour de nombreux Bobolais qui se sont réveillés sous les bruits assourdissants des chutes d’arbres sur leur maison ou encore de ces toitures qui s’envolaient.

Des victimes qui n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer face au désastre causé par ces intempéries. De mémoire de Bobolais, jamais la ville de Sya n’avait auparavant connu des vents d’une telle intensité. Ce qui est sûr, le spectacle était tout simplement désolant et la forte pluie qui s’en est suivie n’était pas pour arranger les choses dans certaines familles. Les secteurs 08, 04, 02 et 01 ont été les plus touchés, avec des édifices qui n’ont pu résister à ces gros caïlcédrats dans leur chute.

Dans le centre-ville, la circulation était quasi impossible avec ces nombreuses artères coupées en deux par des troncs d’arbres. Jusque dans l’après-midi d’hier, on ne déplorait aucune perte en vie humaine. Outre les dégâts matériels importants, cette pluie a fait une autre victime, et pas des moindres : l’environnement, avec ces nombreux arbres qui ont été déracinés par les vents. Une déforestation qui vient s’ajouter à cette opération d’abattage d’arbres commanditée par la commune de Bobo en mars dernier et qui avait en son temps fait beaucoup de bruit. Alors faut-il penser que la ville de Bobo est en train de perdre de sa notoriété en matière environnementale ? Rien n’est moins sûr et tout porte à croire aujourd’hui qu’une prise de conscience collective s’impose.

Car il s’agira de travailler à éviter, à l’avenir, de tels désastres. Toujours est-il que le maire de la commune a pu mesurer hier en milieu de matinée l’ampleur des dégâts dans sa ville et les conséquences immédiates qui s’en sont suivies. Accompagné d’une forte délégation, Salia Sanou s’est rendu dans les zones touchées par ces intempéries et y a échangé avec les victimes.

Jonas Apollinaire Kaboré10

L’Observateur Paalga

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s