TERTIUS ZONGO AUX INVESTISSEURS MINIERS : « On ne peut pas laisser ceux qui ont l’argent financer la mort des autres »

Le Premier ministre burkinabè, Tertius Zongo, a rencontré les investisseurs miniers le 10 mai 2010 à Ouagadougou. Entre autres sujets abordés lors des échanges, l’utilisation incontrôlée des produits chimiques sur les sites d’exploitation, la suspension de la délivrance des permis de production, la lente mise en oeuvre de l’exonération douanière, la retenue à la source pour les prestataires non établis au Burkina et le projet de guichet unique des mines.

Dans le but de poursuivre sa dynamique de dialogue enclenchée par la première rencontre avec les acteurs du secteur des mines en février 2008, Tertius Zongo a rencontré, le 10 mai dernier à Ouagadougou, les investisseurs miniers du Burkina.

Cette séance de concertation avait pour objectif d’examiner les préoccupations des opérateurs miniers et du gouvernement, et de faire des propositions à même de dynamiser le secteur. Parlant au nom des miniers, Elie Justin Ouédraogo, président du Groupement professionnel des miniers du Burkina (GPMB), a reconnu que les rencontres avec les autorités administratives concernées ont permis de résoudre certaines préoccupations soulevées en 2008. Toutefois, il a précisé que l’ensemble de ces problèmes demeuraient d’actualité, du fait d’énormes difficultés de compréhension dans l’interprétation des textes du secteur minier dont les spécificités, selon lui, ne sont pas prises en compte par l’Administration. Il a surtout cité la mise en oeuvre de l’exonération de la TVA qu’il juge lente et compliquée, faisant peser sur les entreprises des tensions de trésorerie, l’ « utilisation sauvage et incontrôlée de produits chimiques comme le mercure et le cyanure sur certains sites d’orpaillage ».

Et sur ce dernier point, le premier responsable du GPMB a laissé entendre que sa structure entendait établir une charte d’éthique par laquelle chacun de ses membres devra s’engager à respecter des normes environnementales strictes et assumer pleinement la responsabilité économique et sociale de sa structure. Et le porte-parole des miniers d’inviter les autorités à frapper avec toute la rigueur de la loi ceux qui s’adonnent à ces pratiques répréhensibles, tout en engageant le comité environnement du GPMB à y accompagner l’Administration. Une doléance qui a trouvé séance tenante une oreille attentive, le chef du gouvernement ayant instruit les ministres en charge de ces questions de faire des propositions concrètes d’action à mener en synergie dans ce sens.

Car, selon lui, le problème est d’autant plus sérieux qu’il touche à la vie humaine et environnementale, ce qui fait qu’ « on ne peut pas laisser ceux qui ont l’argent (Ndlr, les chefs d’entreprises coupables de ces pratiques) financer la mort des autres ». Au sujet de la TVA, Tertius Zongo a annoncé la mise en place d’un système de remboursement accéléré, tout en précisant que « l’application d’une exonération directe de la TVA n’est pas une option retenue par le gouvernement ». Réagissant sur la question de la suspension de la délivrance de permis, Abdoulkader Cissé, ministre des Mines, des Carrières et de l’Energie, a précisé que cette mesure prise pour des raisons administratives ne s’étendait pas aux cas de renouvellement d’autorisation. Il a d’ailleurs informé que sa levée complète interviendrait dans une semaine au plus tard.

Honoré OUEDRAOGO

Le Pays

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s