CONSEIL REGIONAL DES HAUTS-BASSINS : Millions détournés, comptable arrêté, PCR paniqué !

Il a creusé un gros trou dans la caisse et il a tenté de fuir. Mais il a été arrêté, le 23 avril dernier, par la police. Le 26 avril, il a été déféré devant le parquet, à Bobo Dioulasso. Le comptable du Conseil régional des Hauts-Bassins, Adama Koné, médite actuellement sur son sort. Au même moment, le Président du Conseil régional (PCR), Baba Traoré, et certains membres de la sphère dirigeante du Conseil, ont reçu des convocations leur intiment l’ordre de se présenter devant le juge d’instruction le 17 mai prochain. Du coup, la panique s’est installée dans certains milieux…

Le déclic a eu lieu le 24 mars dernier. Le président du Conseil régional, acculé par cette affaire qui s’apprête à exploser comme une bombe mal maitrisée, prend les devants. Il dépose une plainte contre le comptable et lance, du même coup, un avis de recherche contre lui. Nous avons réussi à retrouver une copie de sa plainte dans les tiroirs de la police. Le PCR accuse l’argentier d’avoir détourné plus de six millions de francs CFA. Il dit avoir effectué, au préalable, un contrôle interne « qui a révélé un disfonctionnement dans la tenue des documents comptables ».

Dans sa plainte, il donne des indications. Voici un morceau : « Le comptable a été intimé par lettre en date du 23 mars 2010 de nous faire un point exhaustif de la situation et à déposer, contre décharge, auprès de monsieur le Secrétaire général du Conseil régional, au plus tard le mercredi 24 mars 2010 à 17 heures précises, la somme ci-dessus indiquée ». Mais le PCR ne s’arrête pas là. Dans la foulée, il demande une intervention urgente de la police : « Des informations de sources concordantes nous font savoir qu’il serait sur le point de quitter la ville ». Pendant près d’un mois, le comptable a réussi à prendre la poudre d’escampette. Mais il est finalement tombé, le 23 avril, dans les filets de la police. Depuis lors, certains craignent que d’autres dossiers sales ne soient mis au grand jour.

Ce qui est arrivé était en réalité prévisible. Selon des sources concordantes, le Conseil régional était très mal géré. Les choses ont commencé à mal tourner en 2007. Cette année-là, l’Etat a décidé de doter les Conseil régionaux du Burkina d’un siège, niveau R+1, d’une valeur de 180 millions de francs CFA. Tous les présidents de Conseil ont applaudi, à tout rompre, cette initiative. Sauf un : celui des Hauts-bassin. PCA. Baba Traoré a en effet décidé de faire cavalier seul. Il voulait un bâtiment de niveau R+2. L’Etat a accepté mais lui a demandé de trouver le complément d’argent nécessaire. Aujourd’hui, toutes les autres régions ont leur siège achevé ou en phase de finition. Dans les Haut-Bassins par contre, rien n’est sorti du sol. La pose de la première pierre n’a jamais eu lieu. On cherche en vain le complément d’argent nécessaire à la construction du bâtiment R+2. De plus en plus, le flou s’installe. Et on se demande si les 180 millions prévus au départ sont toujours disponibles.

Certains partenaires sollicités ont commencé à bouder. Mettant même en doute la gestion du PCR. Ce dernier serait dans l’incapacité totale de justifier certaines dépenses. Plusieurs millions n’auraient pas été utilisés conformément aux exigences comptables. Même les six millions qu’on accuse le comptable d’avoir détournés étaient gardés dans des coffres d’infortune, des sortes de placards en contreplaqué. L’argent était donc en insécurité. Pourquoi n’a-t-on pas déposé cette somme en banque ? Surtout qu’il n’y avait pas de dépense urgente et importante en vue. Ou faut-il comprendre que le Conseil régional ne dispose pas de compte bancaire ? Le hic, c’est que, dans cette maison, on dépensait souvent sans compter. Et à cœur joie ! En 2008 par exemple, les fêtes de fin d’année ont coûté 3 750 000 FCFA. 4 000 000 en 2009. Mais en réalité, dans les deux cas, les dépenses effectuées n’ont pas atteints deux millions de francs CFA. Où est donc passé le reste de l’argent ? Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas retourné dans les caisses du Conseil régional.

Flou total aussi autour des « journées de réflexions » organisées à Orodara. 7 695 000 FCFA ont été débloqués à cet effet en décembre 2009. La même manifestation a été financée par le projet PADL/HCL à hauteur de 5, 5 millions de francs CFA. Sans compter l’important apport du ministère de l’Agriculture. Mais l’argent a tellement été mal géré que jusqu’aujourd’hui, on est à la recherche de justificatifs… introuvables. Et on tâtonne à n’en point finir. La cacophonie règne également autour de la journée de réflexion organisée à N’dorola. 9 537 500 FCFA débloqué. Dépenses effectuées : moins de 4 millions de FCFA. On ne sait pas, à ce jour, là aussi, où est passé le reste de l’argent. Certains affirment qu’il sert de « caisse noire » à un haut responsable du Conseil. Pas surprenant. Car ici, dans cette structure qui gère l’argent public, donc notre argent à tous, la gestion des finances est loin d’être conforme aux règles comptables. Le PCR dispose, à lui seul, de deux véhicules de fonction… Le comptable a peut-être profité de cette « pourriture »…

Par Hervé D’AFRICK

Le Reporter

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s