Journée de l’Afrique : La paix par le sport

Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays africains, a célébré la journée de l’Afrique le 25 mai 2010 à Ouagadougou en présence de Jean Ping, président de la Commission de l’Union africaine. L’occasion a été saisie pour le lancement de l’année 2010, « année de la paix et de la sécurité en Afrique ».

L’Afrique commémore, le 25 mai, la journée de la naissance de l’Organisation de l’unité africaine (OUA 25 mai 1963) devenue Union africaine depuis juillet 2002.

Placée sous le thème « La consolidation et le maintien de la paix à travers le sport », cette journée a été célébrée au Burkina Faso en présence du président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, Alain Bédouma Yoda, pense que le choix du thème n’est pas fortuit. Car, pour la première fois, le continent africain accueillera la coupe du monde de football (ndlr : en Afrique du Sud du 11 juin au 11 juillet 2010).

Et, l’organisation sur le continent africain de cet événement qui constitue un symbole d’union et de communion pacifique entre les peuples est une juste reconnaissance des réels progrès accomplis par l’Afrique. Dans le même sens, le ministre Yoda, le président Jean Ping et le doyen des ambassadeurs au Burkina, Richard Kodjo ont indiqué que l’Afrique n’est pas resté figée, contrairement à certaines opinions afro-pessimistes.

Ainsi, l’OUA a gagné le pari de la libération du continent du joug colonial ainsi que l’abolition de l’apartheid en Afrique du Sud. Cependant, à l’image de toute entreprise humaine, l’OUA a eu ses limites entraînant la création de l’Union africaine le 9 juillet 2002 à Durban en Afrique du Sud. Selon Alain Bédouma Yoda, cette union est parvenue à semer les graines de l’espoir à travers plusieurs initiatives en vue de réaliser le décollage économique de l’Afrique.

En effet, on peut retenir entre autres, le Plan d’action de la décennie de l’éducation en Afrique (2006-2015), les Programmes d’harmonisation de l’enseignement supérieur en Afrique (2006-2015), la Campagne pour la réduction accélérée de la mortalité maternelle en Afrique (CARMA), et le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). Malgré tout, l’Afrique semble être le continent de toutes les crises.

2010, année de la paix

« Nonobstant ces avancées enregistrées, le continent noir demeure confronté encore à de nombreux défis liés à un environnement international de plus en plus difficile, caractérisé par la recrudescence des actes de terrorisme, la crise du système financier et économique mondial, la résurgence des changements anticonstitutionnels de gouvernement, la persistance des conflits intraétatiques, la multiplication des catastrophes naturelles… », reconnu M. Alain Yoda.

Conscient que rien de beau et de grand, qu’aucun progrès ne peut se réaliser sans la paix et la sécurité, les chefs d’Etat de l’UA ont adopté lors de leur session à Tripoli le 31 août 2009, une déclaration et un plan d’action relatif à l’élimination des conflits en Afrique. Aussi ont-ils décidé de proclamer l’année 2010 « année de la paix et de la sécurité en Afrique ».

Pour reconnaître les efforts du président du Faso dans le maintien de la paix et de la sécurité en Afrique, l’UA a choisi le Burkina Faso pour le lancement de la célébration de l’année 2010, « année de la paix et de la sécurité en Afrique ». L’année de la paix et de la sécurité est, selon Jean Ping, une occasion sans précédent d’examiner les efforts actuellement déployés pour la paix afin de les renforcer ou de lancer de nouvelles initiatives pour la promotion de la paix et de la sécurité.

Cette année poursuivra son cours jusqu’au 21 septembre, journée internationale de la paix, où le souhait est qu’il n’y ait ni violence, ni conflit, ni combat. « L’objectif principal est de montrer que la paix est possible en Afrique et que la vie est bien meilleure sans violence ni conflit », a déclaré M. Ping.

Un flambeau symbolisant l’idéal de la paix a été remis au ministre en charge des Affaires étrangères par le président de l’UA. Le flambeau va faire le tour des 13 régions du Burkina. Il sera remis le 11 décembre 2010 à Bobo-Dioulasso lors de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Burkina Faso au Président du Faso, Blaise Compaoré, en témoignage de ses efforts pour la paix et la sécurité en Afrique.

Boureima SANGA

Sidwaya

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s