L’OCADES promeut les idéaux de paix et de tolérance

Le 02, le 09 et le 20 mai 2010, l’Organisation Catholique pour le Développement et la Solidarité (OCADES Caritas Burkina) a initié des actions de sensibilisation des populations sur la préservation de la paix sociale à travers le théâtre forum.

Les différentes activités s’inscrivent dans la logique générale du projet d’éducation au dialogue et à la valorisation de la culture locale. Le partenaire de l’OCADES Caritas Burkina sur ce projet est l’ONG Italienne Pozzo di Giacobbe. Le projet a pour objectif d’éduquer les populations, à travers des actions de formation, de sensibilisation et de communication, au dialogue et à la valorisation de la culture locale afin de préserver la paix sociale au Burkina Faso, de renforcer les capacités de l’OCADES Caritas Burkina en matière d’éducation au dialogue et à la valorisation de la culture locale, de promouvoir auprès des populations, le recours au dialogue et aux valeurs de la culture locale pour prévenir, gérer et résoudre les différends.

Au Burkina Faso, même si on ne parle pas encore de melting pot à l’américaine, il n’en demeure pas moins que le pays se caractérise par une mosaïque de cultures, une soixantaine d’ethnies et connait trois grandes religions : le Christianisme, l’Islam et la religion traditionnelle. Au cœur de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso compte également des milliers de ressortissants de pays voisins. La coexistence pacifique entre ces différentes entités est plus qu’une nécessité. Malheureusement, « là où il y a des hommes, il y a aussi de l’hommerie » et il arrive bien souvent qu’il y ait disharmonie et conflits entre groupes ou communautés ethniques, socioprofessionnelles… On peut se réjouir que les différents conflits aient pu être circonscrits jusqu’à présent. Mais combien de temps durera cette osmose s’il n y a pas d’actions conséquentes de consolidation de l’existant ?

Accepter l’autre dans sa différence

Au constat, les différentes situations conflictuelles résultent parfois d’un manque de communication, de dialogue et d’une méconnaissance des mécanismes et valeurs dont la culture locale regorge pour faire face à toutes ces difficultés. Les populations s’échinent à rechercher ailleurs des solutions qui sont pourtant à portée de main. Il faut donc mettre en place un système de promotion du dialogue et de la valorisation de la culture locale dans l’optique de renforcer la paix sociale et la stabilité au Burkina Faso. Le projet a été élaboré pour répondre à ce besoin. Au nombre des activités du projet, en plus des représentations théâtrales, il est prévu des formations, l’organisation de journées de sensibilisation, la réalisation d’émission radio-télé, …

L’option du théâtre forum a été retenue au détriment de celle du théâtre classique dans la mesure où le premier favorise plus l’interactivité et la communion entre le public et les comédiens. Le spectateur devient lui-même acteur et est à même de déceler les bonnes et mauvaises conduites et de formuler des propositions pour juguler certains travers. Les représentations théâtrales ont mobilisé plus de 500 amoureux des planches avec qui les talentueux comédiens de la troupe théâtrale « La Convergence » ont communiqué de grandes émotions. La dernière représentation a eu lieu au Secrétariat Exécutif National de l’OCADES Caritas Burkina en la présence du Secrétaire Exécutif National, Abbé Isidore OUEDRAOGO.

La pièce jouée s’intitulait « Mpassaké » ou « Je refuse » en langue nationale mooré. Le public a eu droit à de l’humour et à de la conscientisation. Le thème central abordé a été celui de la parenté à plaisanterie. Cette valeur culturelle a été mise en exergue à travers les sous thèmes des violences faites aux femmes, de l’intolérance ethnique ou religieuse, de la jalousie… Lorsque de telles situations surviennent, la parenté à plaisanterie intervient toujours pour éviter l’embrasement et la dégénérescence. Au cœur de la parenté à plaisanterie se trouvent le dialogue et l’acceptation de l’autre dans sa différence. Au Burkina Faso, la parenté à plaisanterie est ce terreau là qui permet justement à la soixantaine d’ethnies de vivre en parfaite intelligence dans le pays.

Il s’est donc agi pour les comédiens d’amener les spectateurs à prendre conscience de la nécessité de préserver la parenté à plaisanterie et toutes les valeurs culturelles qui permettent à la société d’évoluer harmonieusement. Les réactions du public, la forte interaction témoignent d’une grande adhésion à l’initiative. C’est la preuve que la valeur sociale dont il a été question fait partie intégrante du substrat culturel des Burkinabè. A travers cette première série d’activités et en attendant toutes celles qui vont suivre, l’OCADES Caritas Burkina appelle simplement chaque homme et chaque femme à être artisan de Paix et de Charité, à agir envers autrui dans le respect de la dignité de la personne humaine et selon la loi morale de la perfection « Aime ton prochain comme toi-même ! »

Arsène Flavien BATIONO : Chargé de Communication/Plaidoyer

www.ocadesburkina.org

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s