Exploitation d’or à Gaoua : Le torchon brûle encore depuis ce mercredi

JPEG - 40.4 ko

Gaoua, la cité aux milles et une collines renfermant sans aucun doute de nombreux gisements d’or

La question de l’orpaillage continue de troubler la quiétude de la population de Gaoua. Après Kampti, Gaoua- ville, Djikando, c’est aujourd’hui le village de Holly à 12 km de Gaoua qui est en ébullition.

Affrontements entre villageois et orpailleurs désireux de s’installer dans le village, intervention des forces de l’ordre et arrestation d’un villageois. La tension est vive. Ce mercredi matin, de nombreux villageois se sont rendus au commissariat de police pour exiger la libération de celui qui a été arrêté.

Ces dernières années, l’exploitation anarchique de l’or vole le sommeil paisible aux populations du Sud-ouest. Dano, Diébougou, Gaoua, Batié, le phénomène prend de plus en plus d’ampleur. Les troubles avec. Entre les populations qui s’opposent farouchement à l’exploitation anarchique de l’or et les orpailleurs désireux de se faire de l’argent, le chemin qui mène à l’entente et à la cohésion semble être un horizon fuyant.

Ces jours-ci c’est Holly, village situé à 12 km de la ville de Gaoua qui connaît des troubles consécutifs à l’exploitation de l’or. Lundi 31 mai, les habitants de Holly étaient aux funérailles d’un des leurs. Ce même jour, un groupe d’orpailleurs débarquent dans le village en compagnie de certains éléments de la police nationale pour exploiter l’or dans le village. Informée, la population se rend sur les lieux pour déguerpir les étrangers indésirables. Il s’en est suivi un affrontement. La population prend à partie un groupe de jeunes du village qui sont de mèche avec les orpailleurs. Ces jeunes s’en sortent avec des blessures.

Mardi 1er juin, Kodjo Kambou, originaire de Holly et en partance pour la Côte- d’Ivoire est arrêté à la gare de Gaoua aux environs de 20h. Motif, il fait partie, selon la police, des villageois qui se sont opposés à l’installation des orpailleurs la veille dans leur village. La nouvelle de l’arrestation parvient à Holly. Mercredi 2 juin au matin, la population de Holly est devant le commissariat de police pour exiger la libération de Kodjo Kambou. "No Kodjo, no move".

En fin de matinée et après d’intenses négociations, la mairie de Gaoua réussit à gagner le repli de la population. Mais promesse est faite de revenir si d’ici là Kodjo Kambou n’est pas libéré.

Selon des sources officielles, le chef du groupe des orpailleurs détient une autorisation d’exploitation délivrée par le ministère des carrières et des mines. Pourtant, la mairie de Gaoua d’où relève le village de Holly n’a été ni consultée, ni informée de l’installation d’orpailleurs sur son territoire communal. Le directeur régional de la police que la presse locale a approché s’est refusé à tout commentaire, arguant qu’il ne sait à l’heure actuelle où se trouve le groupe d’orpailleurs.

La vérité sur cette affaire est à l’image d’un trou d’orpaillage où l’obscurité voile le métal précieux. Mais au regard de la récurrence des crises et affrontements, nous gagnerons à faire en sorte que la lumière règne enfin dans ce milieu. Sinon, les coulées de boue nous guettent. Et avec elles, beaucoup de drames…

Koundjoro Gabriel KAMBOU
Lefaso.net

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s