EXECUTION D’AFRICAINS EN LIBYE : Le message macabre de Khadafi

 

Les Suisses ont finalement eu la chance avec la libération, le 10 juin et le retour au pays, annoncé hier de leur ressortissant Max Göldr, homme d’affaires de son état. Et cela après plus de 2 ans de rétention dont 4 mois pour "séjour illégal" en Libye. Un motif qui s’avère être des représailles contre un malheureux Suisse à la suite de l’arrestation à Genève en juillet 2008 de Hannibal Khadafi, un des fils du guide libyen. Pour les Suisses, c’est vraiment une chance comparaison avec ce qui est arrivé en fin mai à des ressortissants nigériens, nigérians, tchadiens et égyptiens qui se trouvaient en Libye.

Accusés d’actes criminels, les ressortissants de ces pays, 18 au total, ont été condamnés à mort et passés par les armes le 30 mai dernier. Certes, les "crimes" ne sont pas les mêmes dans les deux cas, mais on ne peut rester insensible face à ces exécutions. Jusque-là, la Libye nous avait habitués à des expulsions faites la plupart du temps au mépris de la dignité et des droits humains. Mais cette fois, elle a franchi un pallier dans le traitement des étrangers, particulièrement des ressortissants de pays africains qui pensaient trouver dans ce pays de quoi améliorer leur existence terrestre.

On ne connaît pas dans les détails les "actes criminels" reprochés aux suppliciés. Mais on peut dire que la justice libyenne a eu la main trop lourde. Les autorités politiques ont même été si gênées qu’elles se sont senties obligées de dépêcher un émissaire auprès du président de la junte nigérienne dont 3 de ses ressortissants font partie des 18 personnes exécutées d’une balle dans la tête. Substance du message de l’émissaire : les exécutions sont une décision judiciaire contre laquelle les autorités politiques ne peuvent rien au nom du sacro-saint principe de la séparation des pouvoirs. Un bla-bla-bla traditionnel qui ne convainc pas grand monde quand on sait ce que vaut l’indépendance de la justice dans un pays comme la Libye où tout se fait et fonctionne suivant le bon vouloir du guide.

Avec la crise économique généralisée, il ne fait pas bon être étranger dans un pays en difficulté. Ce statut est dangereux à porter en cas de problèmes sociaux. Celui qui le porte est accusé de tous les maux et devient le bouc émissaire parfait. Relativement épargnée par la crise, la Libye continue cependant de s’illustrer par les expulsions répétitives de ressortissants de pays africains que l’on n’hésite d’ailleurs pas à accuser d’être des délinquants, des dealers, des petits trafiquants de tous ordres. Oubliés par leur pays qui se soucie peu de leur sort, ils sont à la merci des agents des forces de l’ordre qui, comme s’ils avaient des quotas d’expulsion à atteindre, les traquent régulièrement comme des bêtes sauvages. Mais tant que c’était des expulsions, l’on s’en émouvait moins.

La "haine de l’étranger" devient encore plus préoccupante quand il peut être exécuté de sang-froid. Le message cette fois est clair et bien macabre : étrangers, restez chez vous ! La Libye de Khadafi n’est plus un eldorado pour les subsahariens. Elle peut être une tombe pour ceux qui y tentent l’aventure. A moins de se faire sauver par son pays d’origine. Une chance beaucoup plus donnée aux ressortissants des pays occidentaux. La preuve est le combat mené et remporté par la Suisse pour sortir deux de ses ressortissants de la souricière libyenne, avec l’affaire Hannibal Khadafi. On a aussi en mémoire l’affaire des infirmiers bulgares et du médecin palestinien sauvés de la potence par Nicolas Sarkozy et son ex-femme Cécilia. Quant aux ressortissants africains, on a envie de dire : pauvres d’eux !

Séni DABO

Le Pays

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s