Accords de partenariat économique : Le bras de fer Afrique de l’Ouest-Union européenne continue

Les parties prenantes aux négociations sur l’Accord de partenariat économique (APE) entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne, se sont retrouvés la semaine dernière à Ouagadougou. A l’issue de cette rencontre qui a accouché une fois de plus d’une souris, les organisations de la société civile ont donné une conférence de presse dans la soirée du vendredi 11 juin.

ue%20grece%20aide%20dette%20papandreou images ao

Le dialogue de sourds entre l’Union européenne et l’Afrique de l’Ouest concernant les APE est loin d’être terminé. C’est du moins ce qui ressort du point de presse de la société civile, à l’issue des négociations intervenues au cours de la semaine dernière.

En effet, pendant que les négociateurs européens vantent les bienfaits d’une libéralisation outrancière, les représentants de l’Afrique de l’Ouest estiment qu’en l’état actuel des choses, une libéralisation accélérée pourrait compromettre les chances de la région de sortir de son sous-développement.

Selon le conférencier, le Dr Cheick Tidiane Dieye qui prend part aux négociations pour le compte de la société civile, l’élaboration d’un nouveau partenariat Europe-Afrique fondé sur le respect et la solidarité est de plus en plus compromise par les négociateurs européens qui ont adopté une stratégie dans laquelle l’intransigeance se mêle au paternalisme et à la condescendance.

« On ne négocie pas un partenariat en s’érigeant en éternel donneur de leçon et en refusant toute présomption et responsabilité aux gouvernements ouest-africains », a-t-il signifié. Afin de conclure un partenariat économique porteur de développement, la CEDEAO a élaboré un Programme de l’APE pour le développement (PAPED).

Les projets identifiés dans le cadre du PAPED, sont estimés à 9,5 milliards d’euros sur cinq ans. Le financement du PAPED est la condition préalable que les chefs d’Etat ont posée à la signature des APE. Sur les 9,5 milliards d’euros demandés, l’Europe table sur 6 milliards qui, en réalité, représentent selon Tidiane Dieye, le cumul de tous les fonds européens bilatéraux et régionaux, destinés à la région.

« En réalité, l’Union européenne ne fait que recycler et transférer des fonds déjà prévus pour d’autres projets en changeant seulement de rubrique et d’appellation », a-t-il déclaré.

Du droit de sanctionner

Dans les négociations sur les APE, il est question d’instituer une close de non-exécution. La société civile, par la voix de son représentant, Dr Tidiane Dieye, estime qu’il est inadmissible dans un accord bilatéral, d’introduire comme le souhaite l’Union européenne, une clause qui exposerait les Etats à des sanctions économiques pour fautes politiques présumées commises par leurs dirigeants.

Par ailleurs, l’Europe demande aussi à la région de supprimer les prélèvements communautaires destinés à l’UEMOA et à la CEDEAO. Pour la société civile, cela est hors de question car jusqu’à présent, ces maigres ressources sont les seules qui supportent le fonctionnement de ces institutions. La suppression de ses taxes pourrait remettre en cause le financement souverain de l’intégration.

Que reste-il des accords partiels ?

La société civile invite les Etats ouest-africains à apporter leur soutien à la Côte d’Ivoire et au Ghana qui ont déjà signé des accords avec l’Union européenne pour éviter que ces pays ne soient obligés de mettre en œuvre leurs APE individuels.

Et mieux, d’envisager des instruments économiques susceptibles de compenser temporairement les pertes auxquelles ils feraient face sur le marché européen, s’ils remettaient en cause les accords qu’ils ont signé avec l’Europe. Mais au cas où l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne arrivent à trouver une entente, les APE individuels seront caducs.

Pour la société civile, l’Afrique de l’Ouest doit tenir bon. Car si l’Union européenne veut qu’elle ouvre son marché aussi rapidement (sur 15 ans contre 25 proposés par la CEDEAO), c’est qu’elle a une peur bleue de la Chine, de l’Inde et du Brésil qui gagnent de plus en plus de terrain en Afrique. D’ailleurs, le commerce avec l’UE ne représente que 32% des échanges de la région. L’Afrique peut donc avoir le dernier mot.

Fatouma Sophie OUATTARA (sofifa2@yahoo.fr)

Sidwaya

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s