Equipe de France : Quelque part, il y a une justice immanente

Demain mardi à partir de 14h GMT, l’équipe de France jouera son troisième match contre le pays organisateur, l’Afrique du Sud. Après un nul face à l’Uruguay et une défaite, 0 à 2, contre le Mexique, les Tricolores sont plus proches de la sortie que d’autre chose. Aussi pour leur dernier match du premier tour, tout au plus, peuvent-ils espérer battre les Bafana-Bafana pour l’honneur, encore que dans leur état d’esprit, c’est tout sauf gagner.

Cependant, quand on jette un coup d’œil dans le rétroviseur, la contre-performance des Bleus n’a rien d’étonnant, vu la pollution dans et autour de l’équipe : mauvaise sortie de la Secrétaire d’Etat aux Sports Rama Yade sur le clinquant de l’hôtel de la bande à Domenech, polémique au sujet de la stratégie de jeu de l’entraîneur et, dernièrement, altercation de celui-ci avec l’attaquant Nicolas Anelka au sortir de la rencontre contre l’équipe mexicaine ; sans oublier les incompatibilités d’humeur entre les joueurs et le remous qu’a suscité la liste définitive des Tricolores qui ont été choisis pour jouer cette première coupe du monde en terre africaine.

Au finish, on serait tenté de croire que c’est ce mélange détonnant qui a donné les résultats pas du tout fameux que les Bleus nous ont servi jusque-là. Mais à ce stade de la compétition, les Tricolores, qui malgré tout espèrent encore un miracle, ne peuvent que s’adonner à un jeu auquel l’équipe de France commence à être familière : les pronostics sur fond de calculs de probabilités.

Pour un peu, on se croirait au Burkina Faso où les compétitions des Etalons, tout comme celles de leurs ancêtres les Gaulois, se terminent presque toujours par des pronostics d’un autre genre. En définitive, au regard des contre-performances de Bleus à cette XIXe coupe du monde des nations, on serait tenté de croire à une justice immanente si l’on se rappelle le match de qualification des Français contre l’Irlande du Sud avec la fameuse main de Thierry Henry qui avait tant fait parler d’elle.

Comme si ce n’en était pas assez des polémiques, les joueurs français ont refusé de s’entraîner hier dimanche après-midi pour protester contre l’exclusion de Nicolas Anelka, entraînant la démission, séance tenante, du directeur général délégué de la Fédération française de football (FFF), Jean-Louis Valentin. Au cours de ce « boycott », le capitaine Patrice Evra a également eu une altercation avec le préparateur physique, Robert Duverne, soupçonné d’avoir divulgué l’incident avec Anelka à la presse. Le feuilleton continue donc.

L’Observateur Paalga

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s