CEDEAO : la « finale » aujourd’hui au Cap Vert !

Le duel entre le Burkina et le Sénégal lors du précédent sommet d’Abuja joue sa finale ce vendredi 2 juillet à Sal (Cap Vert). L’élection tant attendue du successeur du Ghanéen Mohamed Ibn Chambas, parti à Bruxelles pour occuper le poste de secrétaire général du groupe des 79 pays ACP (Afrique, Caraïbes-Pacifique), aura bel et bien lieu entre le Burkinabé Kadré Désiré Ouédraogo (KDO) et le Sénégalais Abdou Aziz Sow.

Certes, il n’y a pas de climat délétère entre les deux pays mais les tractations vont bon train, chacun essayant de se rallier le maximum de soutiens et de voix. Même si chaque pays ira jusqu’au bout pour faire élire son candidat, il n’en demeure pas moins que le consensus doit prévaloir à Sal au nom de la solidarité communautaire.

Sans doute, le Burkina part favori dans ce duel. En effet, le candidat Kadré Désiré Ouédraogo a un profil idéal pour ce poste. Ancien Premier ministre, ancien cadre de la CEDEAO et de la BCEAO, actuel ambassadeur du Burkina à Bruxelles, il jouit incontestablement d’une grande et riche expérience . Cette large connaissance des organisations régionales constitue un atout appréciable pour le candidat burkinabé. Ses qualités, ses capacités et ses connaissances professionnelles lui confèrent le statut de candidat favori à ce poste. « Il a une vision globale des problèmes politiques, socioéconomiques et d’intégration régionale.

Ce sont là des conditions à remplir pour accéder au poste de Président de la Commission de la CEDEAO », a souligné à ce propos, la ministre déléguée à la coopération régionale, Minata Samaté. Au-delà de la compétence de l’homme, la candidature de KDO s’appuie aussi sur la réussite d’un pays qui, malgré des ressources limitées, a su se frayer un chemin et s’impose aujourd’hui sur la scène africaine.

Mais rien n’est joué d’avance, loin s’en faut. Car, le Sénégal n’a pas encore dit son dernier mot. Son challenger, Abdou Aziz Sow expert-comptable de profession et ancien ministre, s’est beaucoup occupé des questions d’intégration et d’information dans son pays.

Ancien porte-parole du gouvernement, il a été aussi conseiller du président Wade chargé de suivre le dossier NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique). Autant dire que les pourparlers diplomatiques seront intenses et rudes. Le Burkina a acquis même le soutien du pays hôte du Sommet.

Il reste qu’une probable élection de l’ambassadeur KDO à la tête de la Commission de la CEDEAO sera vécue et ressentie à Ouagadougou comme une victoire de la diplomatie burkinabé au plan régional. Ce serait aussi une sorte de couronnement et une reconnaissance pour les actions de « Monsieur bons offices », au service de la paix et de la résolution des crises dans la région ouest-africaine. Pour cela, il faudra convaincre les autres membres de l’Organisation sur le bien-fondé qu’il y a un à élire le candidat du Burkina.

Saturnin N COULIBALY

Sidwaya

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s