Lutte contre la malnutrition au Burkina:L’enveloppe supplémentaire de l’Union européenne

 

JPEG - 14.2 ko
Eric PITOIS, responsable du bureau au Burkina du service d’aide humanitaire de l’UE

1,3 milliards de FCFA c’est la somme supplémentaire allouée par la Commission européenne pour aider les personnes les plus vulnérables, victimes de la crise alimentaire dans notre pays. La Délégation de l’Union européenne au Burkina a porté cette bonne nouvelle aux journalistes au cours d’un point de presse animé hier mercredi au siège de la Commission.

Le Burkina Faso a enregistré au cours de la campagne agricole passée, un excédent céréalier net de plus de 560 000 tonnes. Mais de nombreuses disparités agro- écologiques existent. Des 45 provinces, 16 enregistrent un déficit céréalier.

Les régions du Sahel, du Nord et du Centre- Nord se trouvent dans cette ligne rouge d’insécurité alimentaire. En cette période de soudure, ce sont des milliers de ménages qui éprouvent d’énormes difficultés pour assurer la pitance quotidienne. Aider ces familles victimes de la crise alimentaire, c’est l’objectif affiché par la Commission de l’Union européenne à travers sa structure humanitaire qu’est ECHO. Cet engagement de la Commission de l’UE dans la lutte contre la malnutrition au Burkina Faso s’est renforcé avec l’octroi d’une enveloppe supplémentaire de plus d’un milliard de francs CFA.

De l’avis du responsable du bureau au Burkina Faso du Service d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) Eric PITOIS, ces nouveaux fonds vont permettre de financer davantage d’opérations dans les secteurs de la nutrition ainsi que de la sécurité alimentaire. Ainsi, ces fonds permettront de renforcer le dépistage et le traitement des cas de malnutrition chez les enfants tout en leur facilitant un accès gratuit aux soins de santé et de leur fournir une aide alimentaire d’urgence pendant toute la période de soudure. Une partie de cette aide selon Eric PITOIS appuiera également les ménages agro-pastoraux en vivres pour le bétail et la reconstitution de zones fourragères importantes. A cela s’ajoutent des opérations de distribution d’argent contre le travail dans le cadre de la mise en place de cultures de contre saisons et la reconstruction d’infrastructures productives communautaires.

JPEG - 31.9 ko
Les hommes de médias ont voulu en savoir davantage sur la situation réelle qui prévaut dans le sahel

Des échanges avec les hommes de médias, les conférenciers ont avancé que c’est environ 20 000 à 35 000 ménages (comptant 200 000 personnes) qui sont concernés par l’opération. A noter que le service d’aide humanitaire de la Commission européenne ECHO intervient dans notre pays depuis 2007 et a déjà injecté plus de 21 milliards de francs CFA d’aide. Dans cette lutte contre l’insécurité alimentaire, d’autres fonds comme le 10ème Fonds européen de développement (FED), la Facilité alimentaire et le programme thématique de sécurité alimentaire sont mobilisés. Les opérations financées dans le cadre de cette aide couvrent tout le pays mais avec une présence renforcée dans les localités de Ouahigouya, Djibo, Dori, Sebba, Bogandé et Gorom Gorom.

Koundjoro Gabriel KAMBOU

Lefaso.net

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s