24e édition de la coupe du Faso : Impact TV viré, le public désapprouve

La 24e édition de la coupe du Faso s’est jouée le jeudi 05 août 2010 au stade du 4 août. Au terme d’une finale fade, la victoire est revenue finale est revenue à la formation de l’Union sportive des forces armées (USFA) qui a battu sur le score de un but à zéro le Racing club de Bobo Dioulasso (RCB). Dans les coulisses du stades !

La première coupe du Faso s’est jouée en 1961 et elle a été remportée par l’Association Sportive des fonctionnaires de Bobo Dioulasso (ASFB). De cette date à la présente édition, 49 années se sont écoulées. C’est en toute logique que la présente finale pourrait s’inscrire dans les festivités du cinquantenaire de l’indépendance du Burkina faso. Ce n’est pas par hasard que la finale se joue le 05 août. Un jubilé d’or ça se fête. Malheureusement, les burkinabè ont décidé de boycotter la 24e édition de la coupe du Faso. Comment expliquer que malgré la gratuité et la liberté d’accès, le stade du 4 août soit vide lors d’une finale aussi historique opposant deux grandes formations de l’élite du football national ?

Le grand absent

La coupe du Faso 2010 s’est jouée en présence du premier ministre et de quelques membres du gouvernement. La coupe du Faso est un grand rendez vous du Football national. Il n’est pas normal que l’entrée au stade soit gratuite et libre et que le public ne se déplace pas. La non présence du public n’est pas loin d’un boycott. Il y a sans doute une raison. Le football peut être considéré comme un art, l’art dramatique ou le cinéma par exemple. Si le spectacle n’est pas beau, les spectateurs quittent le théâtre, la salle de ciné ou zappent carrément. Le niveau du foot burkinabè pour ce qui est des seniors dégringole malheureusement. Cette finale est l’une des finale les plus nulles de l’histoire. Fade, médiocre et ennuyante. Elle reflète d’ailleurs le niveau du « fasofoot ». Quelques preuves. Trop de précipitation de part et d’autre, nombre incalculable des mauvais choix dans la retransmission de la balle, absence d’une véritable construction, on dégage comme on peut. A la première mi temps nous avons pu dénombrer une seule passe en profondeur à l’actif de l’USFA et un seul contrôle orienté au bénéfice du RCB. Dans le niveau ce sont des gestes récurrents. Toutefois il faut reconnaître que l’unique but du match but était splendide.

La mascotte du RCB refusé

Le RCB est aussi appelé les tigres de Djaradougou, un quartier populaire de la ville de Bobo. Pour cette finale, le RCB s’est présenté au stade avec sa mascotte, une petite sculpture d’un tigre. Des choses qui sont courantes sur les stades. A leur grande surprise, la sécurité oppose un refus. La sculpture devra rester dehors. Les dirigeants de l’équipe ont du parlementer longtemps avant que l’accès ne soit autorisé à la mascotte du RCB.

Impact TV viré

La finale 2010 de la coupe du Faso peut être considérées comme celle du cinquantenaire et à juste raison. C’est la fête de l’indépendance c’est aussi la fête du football. Tout le monde doit y prendre part. pour ce, faire la fédération burkinabè de football a vu juste en ouvrant largement les portes du stade du 4 août. Tout le monde peut donc assister à la finale. Il en est de même pour la presse. Des accréditations ont été attribuées afin de faciliter le travail des hommes de médias. Parmi eux, les confrères de la nouvelle chaîne de télévision « Impact TV ». Cette télé a déployé pour la cause une équipe d’une quinzaine de personnes avec un matériel de pointe. Bien qu’étant accrédités, les confrères ont été priés de plier bagages. Selon des sources bien indiquées, la télé nationale aurait payé les droits de retransmission du match. Approché, Yannick Laurent Bayala fait savoir que son équipe ne faisait pas de direct. Si tel est le cas, pourquoi les virer ? Cette télévision accréditée, pour les besoins d’informations de son public n’est elle pas dans ses droits ? Et puis c’est la coupe du Faso, donc elle devrait être l’affaire de tous les médias burkinabè. Impact TV apporterait sans doute un autre regard autre que celui de la TNB. Les droits rétrocédés à la télé nationale sont ils exclusifs ? En attendant que les membres de la fédération mettent à la disposition du public la nature des droits de retransmission de la coupe du Faso rétrocédés à la RTB et le montant, il serait plus sage de permettre à tous les médias burkinabè de faire de la coupe du Faso leur affaire. Cet apport des médias pourrait sans doute contribuer à reconquérir le public afin de faire le plein du stade.

Toujours le stade du 4 août

Le gouvernement du Burkina Faso a choisi de faire de la célébration du 11 décembre, une fête nationale tournante. Ceci pour accompagner la politique de la décentralisation intégrale. C’est une idée géniale puisque cette initiative permet d’accompagner le développement des villes de l’intérieur. A l’occasion des travaux d’envergures sont effectués. La finale de la coupe du Faso devra s’inscrire dans cette dynamique. La présente finale devrait se jouer à Bobo Dioulasso parce que c’est la ville choisie pour la célébration du cinquantenaire. Aussi, le RCB est de la ville de Sya. A 126 jours de la fête, les Bobolais se seraient mobilisés pour remplir le stade omnisport et soutenir leur équipe. C’est à ce titre qu’on pourra mesurer l’intérêt des populations pour la coupe du Faso. Vivement que la finale 2011 se déroule à Koudougou.

Nébilibié A. Bayili

Lefaso.net

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s