Reboisement à Bissiga : Le gouvernement plante 10 000 arbres pour le cinquantenaire

Des membres du gouvernement, avec à leur tête le Premier Tertius Zongo, ont procédé à la mise en terre de quelque 10 000 plants, dans la forêt classée de Bissiga (dans la province de l’Oubritenga), le 05 août 2010, jour du cinquantième anniversaire de la proclamation de l’indépendance du Burkina. L’acte de l’exécutif s’inscrit dans l’esprit qui veut que chaque Burkinabè plante au moins un arbre pour le cinquantenaire.

Ce sont des ministres débarrassés de leur habituel costume- cravate, tous en tenue de sport, qui ont effectué le déplacement de Bissiga, jeudi 5 août dernier, à bord d’un car, pour le reboisement gouvernemental, initié voilà maintenant quatre éditions. Arrivés peu avant leur "chef", les membres du gouvernement accueillent Tertius Zongo, dans une ambiance détendue, lui aussi habillé en tenue de sport.

Dans son mot de bienvenue, le maire de la commune rurale de Zitenga (dont Bissiga fait partie) Ouilma Soumaïla Sinaré, s’est réjoui du choix de Bissiga, car de coutume, le gouvernement se rendait plutôt à Ziga pour son opération annuelle de reboisement. Le maire Sinaré a surtout montré l’importance d’une reforestation de la zone, car les fortes pluies accompagnées de vents violents l’an passé, ont eu des effets négatifs sur les espèces ligneuses dans la province de l’Oubritenga.

A titre d’exemple, douze espèces ont été fortement endommagés dont les plus importantes sont le karité, le néré, le tamarinier et le raisinier sauvage. "Cet état de fait nous interpelle tous et chacun de nous devrait faire de la protection de l’environnement sa priorité, en vue de la préservation des écosystèmes", a plaidé le maire de Zitenga.

Le ministre de l’Environnement et du Cadre de vie, Salifou Sawadogo, a expliqué que nous sommes dans un contexte de changement climatique et l’arbre en lui même est un élément important en termes de réduction des gaz à effet de serre. Voilà pourquoi la campagne de reforestation lancée en juillet 2010 et placée sous le signe du cinquantenaire, invite chaque Burkinabè à planter au moins un arbre.

Après les discours, place aux actes. Le Premier ministre et les ministres qui l’entouraient pouvaient retrousser les manches et planter. Pendant environ une heure et sous un soleil qui s’est fait progressivement présent, les "planteurs" de marque, soutenus par les autorités locales, des partenaires et une population nombreuse ont mis en terre quelque 10 000 plants sur une superficie de 8 ha. Ils sont composés d’espèces locales, s’adaptant à la zone : néré, acacia, tamarin…

Après avoir donné l’exemple, le Premier ministre pouvait se confier à la presse. Pour Tertius Zongo, l’acte posé par le gouvernement est un signal fort. Car il consiste à donner, surtout aux jeunes, cette habitude de planter des arbres. Mais le chef du gouvernement a invité les citoyens à la protection des arbres à intégrer cela dans leur comportement, car il ne s’agit pas de planter pour planter.

Gabriel SAMA

Sidwaya

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s