Eric BEBA : 1800 km à pied à travers l’Amérique pour rencontrer Oprah Winfrey, la célèbre animatrice noire américaine

 

Eric BEBA

Il s’appelle Eric BEBA. Il est étudiant en quatrième année d’informatique aux Etats-Unis d’Amérique dans l’Etat de Géorgie. Il a parcouru à pieds une distance d’environ 1800 kilomètres à la rencontre de Oprah Winfrey pour plaider non seulement la cause de son pays le Burkina Faso, mais aussi de l’Afrique toute entière.

Oprah Winfrey, c’est cette noire américaine animatrice de télévision et milliardaire, appelée affectueusement la reine du Talk show. Sa fortune est estimée en 2007 à plus de 2,7 milliards de dollars. Eric n’a pas eu l’occasion de la rencontrer en dépit d’un marathon parcouru sous la canicule. Nous l’avons joint au téléphone depuis New York et il nous donne les raisons de ce rendez- vous manqué.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Eric Beba, étudiant en quatrième année d’informatique dans la ville de Savannah dans l’Etat de la Géorgie.

Vous avez en juin dernier effectué une marche pour aller rencontrer Coprah Winfrey ; combien de kilomètres avez- vous parcourus et combien de jours ce marathon vous a- t- il pris ?

La distance que j’ai parcourue se situe aux alentours de 1800 km. Une marche que j’ai commencée le 7uin et que j’ai terminée le 2 aout soit près d’un mois de marche.

Vous confirmez que vous avez effectivement marché ?

Oui.

Comment cela s’est il passé ?

Je marchais entre 30 et 60 km par jour et je dormais dans les différentes villes que j’ai eu à traverser.

Chez qui passez-vous la nuit à la traversée d’une ville ?

J’ai a dormi dans des hôtels, au dehors, dans les “Shelter” (maisons pour les Sans Domiciles Fixe”) ; une famille a eu à m`accueillir aussi ; bref, je profitais des occasions qui se présentaient.

Lorsque vous arriviez dans une ville, par exemple aviez-vous l`opportunité de rencontrer les autorités locales ?

A par la police et les sapeurs pompiers, je n`ai pas pu rencontrer des autorités locales qui étaient toujours occupées. Seulement lorsque je quittais la ville de Savannah (Géorgie), j`ai pu rencontrer le maire Johson Otis.

Que vous a-t-il dit lorsque vous vous avez parlé de l`initiative ?

Il m`a beaucoup encouragé. Ce n`était pas d`ailleurs la première fois que je le rencontrais. On a beaucoup discuté de l`initiative et m`a dit de le tenir informé dès mon retour et que s`il ya quelque chose qu`il peut faire pour moi, il n`hésiterait pas.

Qu`est ce qui vous a motivé à entreprendre une telle initiative ?

Tout est parti lors d`une discussion en groupe. Une discussion qui était focalisée sur les domaines de l`agriculture et de l`éducation au Burkina Faso dans la mesure où c`est les pièces maitresses de notre économie.

Il s`est trouvé que nos braves agriculteurs continuent d`utiliser des moyens archaïques pour travailler alors que les agriculteurs européens s`en sont débarrassés depuis la révolution industrielle.

Je me suis alors dit qu`il faut trouver des sponsors pour ça. Il ya aussi les guerres, la famine, la pauvreté en Afrique. J`ai pensé aussi à tout ça et je me suis dit il faut faire quelque chose qui a conduit donc à la marche.

Vous avez évoqué plus haut un groupe de personnes avec lequel vous avec eu des discussions et finalement vous vous êtes retrouvé seul sur la route. Les autres ont-ils désisté alors ?

Je n`ai pas voulu entraîner quelqu`un dans cette marche. Je n`ai pas demandé à quelqu`un de faire la marche avec moi ; mais j`étais ouvert à des propositions. On m` a proposé par exemple que quelqu`un me suive en voiture et j`ai refusé.

Oprah Winfrey ne vous a pas reçu ; que s`est-il passé au juste ?

Je pense que j`ai mal organisé la marche. La deuxième hypothèse c`est que Oprah n`a pas eu le temps ou qu`elle n`a pas eu la volonté de travailler avec moi.

Avant de quitter Savannah, Oprah savait-elle que vous veniez ?

J`ai commencé à envoyer des lettres un mois avant mon départ. J`envoyais cinq au minimum par semaine.

Receviez-vous des réponses ?

Non, non, je n`ai reçu aucune réponse. J`ai envoyé des mails ; je me suis dit après que c`est quelqu`un qui reçoit des milliers de courriers par jour. Je me suis donc demandé si elle a reçu les miennes. Lorsque j`ai entamé la marche, j`ai demandé a des amis de continuer à envoyer des mails ; ce qui me donne droit aussi de penser qu`elle était au courant de mon histoire.

Lorsque vous êtes arrivé à Chicago le 2 août dernier, êtes-vous allé taper à la porte de sa maison de production ?

Oui, j`ai marché aller jusqu`à la porte de la maison de production et j`ai demandé à parler avec quelqu`un de la maison. La sécurité m`a fait savoir que tout se fait en ligne sur internet et qu`elle ne laisse passer uniquement que ceux qui ont un ticket d`entrée. La sécurité ne m`a donc pas permis de rentrer malgré toutes les explications que je leur ai données.

Si vous l`aviez pu rencontrer qu`auriez vous pu lui dire concrètement ?

Si j`avais eu cette possibilité, j`allais lui demander de venir en aide à nos agriculteurs en les dotant des tracteurs. Mais j`allais lui parler aussi du problème de l`éducation en parlant de construction d`écoles.

On sait que vous êtes étudiant, alliez-vous lui demander aussi de vous épauler dans vos études ?

Ca n`était pas dans mon plan. Mais si ca arrivait, ca allait me faire plaisir ; mais j`ai d`abord pensé a mon pays, a ceux qui n`ont pas eu la chance comme moi ; je finis cette année mes études.

C’est un rendez-vous manqué ; pensez-vous rebeloter ?

Présentement je souffre de maux de dos et d`orteils et je ne sais pas combien de temps ça va prendre. L`orteil me faisait mal avant et ca s`est aggravé après la marche. J`ai eu le mal de dos tout juste après la marche. Je crois que je vais faire une autre marche quand je serai rétabli mais pas pour aller voir Oprah Winfrey.

Qui voudriez-vous allez voir ?

Ca sera une marche pour collecter des fonds afin de travailler moi même.

C’est quelle ville que vous visez alors ?

Je ne sais pas trop. Ce sont des idées que j`ai et il faut que je m`asseye pour y réfléchir.

Vous allez finir bientôt vos études, comptez vous rester ici ?

J`ai envie d`aller jusqu`au doctorat ou au moins à la maitrise, mais j`ai bien envie de rentrer au pays pour installer quelque chose. Ma maman et moi sommes entrain d`ouvrir une école primaire (une seule classe de CP1) pour la rentrée prochaine.

Votre mot de la fin ?

Cette marche est un message à l`endroit des Africains. Il faut qu`on arrête de se plaindre des gouvernants ; il faut la contribution de tout un chacun pour faire avancer un pays ; lorsque j’ai commencé cette marche, j’avais déjà des problèmes d’articulations mais j’ai tenu à le faire. Il est temps qu`on arrête de voir ce qui nous différencie des autres, qu`on se pardonne et qu`on commence à prendre les choses en main.

Barnabé Bazona BADO (New York)
Pour Lefaso.net

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s