Otages espagnols : le Burkina nie avoir versé une rançon

Les négociateurs burkinabè dans la libération de Roque Pascual et Albert Vilalta, les otages espagnols, nient avoir payé ou convoyé une quelconque rançon à Aqmi. « Non ! Non ! Nous n’avons pas payé de rançon. (…) Nous n’avons pas non plus convoyé une quelconque rançon à Aqmi », a déclaré le colonel major Gilbert Diendéré, chef d’état-major particulier de la présidence du Faso, selon lepoint .

 

La libération des otages espagnols par la branche du groupe Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi) a été saluée par les autorités politiques et redonné le sourire aux membres de leurs familles, mais un débat sur les conditions de cette libération fait actuellement rage dans les médias et au sein de la société espagnole.

Cette libération, Madrid la devrait en partie à Mustafa Uld Liman Chafi, conseiller du président burkinabè, qui a négocié, plusieurs mois durant, avec les ravisseurs. Des médias espagnols et algériens croient savoir qu’une rançon, comprise entre 3,8 et 10 millions d’euros, a été versée aux Islamistes. L’argent aurait été convoyé par les négociateurs burkinabè. Le colonel-major Gilbert Diendéré, le chef d’état-major particulier de la présidence du Faso cité par Le Point, qui était à bord de l’hélicoptère parti chercher les otages, nie farouchement avoir convoyé une quelconque rançon à Aqmi.

Le Premier ministre espagnol, José Luis Zapatero, n’a ni confirmé ni infirmé l’information selon laquelle une rançon a été versée, se contentant de se réjouir de la libération de ses compatriotes. D’autres journaux lient cependant cette libération à l’extradition, puis la libération au Mali de Omar Sid’Ahmed Ould Hamma, dit "Omar le Sahraoui", qui était condamné en Mauritanie aux travaux forcés à vie pour l’enlèvement des Espagnols. Le groupe terroriste, après avoir rendu aux otages leur liberté, a indiqué dans un communiqué que cette libération devrait servir « leçon pour les services secrets français ». En rappel, Roque Pascual et Albert Vilalta, les otages, ont passé 267 jours aux mains des Islamistes qui ont installé leur quartier général dans le désert maghrébin. Ils étaient séquestrés avec leur compatriote, Alicia Gamez, libérée en mars dernier.

Jacques Théodore Balima

Fasozine

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s