Les mystères duToega

Le toega est toujours révélateur d’une présence humaine. On le retrouve près des villages et sur les sites de baobab, on est certain de retrouver des tessons de poteries et des traces d’ancienne installation humaine. En moore le nom de toega signifie à la fois l’arbre et la limite, la frontière : tenga toega, la limite du village.

Le toega se promène la nuit, le feuillage en bas et les racines en l’air, mais seuls « ceux qui sont suivis par les génies » peuvent le voir. Il est toujours dangereux de le rencontrer… Il regagne son emplacement au petit matin.

Il est habité par les kinkirse et c’est un refuge des tenkugri serpents. Les abeilles peuvent aller y faire leur ruche.

En cas de maux « de cœur » (suzabre) : on prend une aiguille à coudre que l’on pique sur le tronc. On racle ensuite la partie d’écorce dans laquelle est plantée l’aiguille. On fait bouillir le tout, et on utilise cette eau pour délayer de la bouillie qu’on boit. Cela permet le transfert du mal vers le baobab.

En système polygamique, quand une femme utilise le pain de singe pour le délayer dans l’eau du tô de son mari, ou pour lui faire du zom koom, c’est que demain « sera son tour ».

En arrivant à Sawana, on voit un groupe de trois baobab : deux baobabs gris, monumentaux, et un petit rouge. Le petit baobab rouge est sacré : on rapporte qu’autrefois, un vieillard, pris dans les marécages (il y avait une zone sableuse et très humide alentour) s’est transformé en baobab. Le soir, si on est très éloigné (par exemple depuis Absouya, ce qui fait une quinzaine de km), on ne voit pas les grands baobabs gris, mais on voit le petit baobab rouge comme s’il était à côté (croyance très vivante).

Le baobab du bois sacré de zogona se promène certaines nuits et va retrouver la petite butte qui est dans la cour des pères Caméliens (Chapelle de St Camille). Cette cour est sur l’emplacement d’un ancien bois sacré et la butte est un tenkugri toujours utilisé par le chef coutumier de zogona.

Quelques emplois du baobab Feuilles sèches, pilées : Poudre de feuilles de l’an passé, utilisées dans le cas d’une entorse accompagnée d’une plaie, qu’on ne peut donc pas masser. On applique en massant doucement.

Feuilles sèches, pilées : Mélangée à de l’eau, sert d’enduit pour marquer l’endroit de la porte de la case construite en banco traditionnel.

Fruit tel que : « Pain de singe » : mangé comme friandise (sucré/acide). On peut aussi le délayer dans de l’eau après avoir retiré les fibres. Fruit pilé : Accompagne l’eau dans laquelle on délaye le tô.

Bois tombé à terre : Bois de chauffe de mauvaise qualité.

Ecorce décoction : Eau de base pour faire de la bouillie destinée à soigner les maux « de cœur » (courbatures de poitrine).

Tronc en place, écorcé : Le blanc qui apparaît servait de cible pour l’entraînement à l’arc. Aujourd’hui, on ne tire plus à l’arc.

Tronc ou branches en place, creusé : On fait des trous ronds qui traversent le tronc de part en part. Ces trous servent à maintenir une personne en place pour une opération délicate : excision ou circoncision d’un adulte, remise en place d’un membre brisé, etc. Pour éviter tout mouvement, on coince la personne ou le membre dans le trou, et on opère de l’autre côté.

Ecorce après trempage et rouissage : On trempe dans l’eau l’écorce et éventuellement de bois du baobab, jusqu’à ce qu’il pourrisse. On lave le tout, cela donne des fibres très fines qui servent pour les cheveux des masques. Le terme de toebiedu est réservé aux fibres travaillées dans l’eau.

Source : Yveline Dévérin-KOUANDA, in le corps de la terre, volume 3, tome 2, 1992.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s