Changements climatiques : Les cultures biotechnologiques, la solution ?

L’ambassade des Etats-Unis au Burkina a organisé ce 14 septembre 2010 à Ouagadougou un atelier sur « les biotechnologies face aux défis de la sécurité alimentaire et les changements climatiques ». Le franco-américain Dr Claude Fouquet ainsi qu’un parterre de chercheurs burkinabè ont fait le point sur les opportunités qu’offre la biotechnologie en matière de sécurité alimentaire.

Le Burkina a réussi à augmenter sa production agricole grâce à la biotechnologie, a laissé entendre la chargée d’affaire de l’ambassade des USA. Bien que faisant partie des plus petits et des moins développés, le Burkina fait partie des pionniers dans l’adoption de la biotechnologie en Afrique avec notamment la culture du coton BT. Puis d’autres cultures ont suivi. Néanmoins, des questions demeurent quant à l’opportunité d’adopter cette technologie dans notre pays. Mais enfin. Le Burkina y est. De plein pied. Les cultures biotechnologiques présentent, peut-être des risques, d’autant plus que les scientifiques divergent sur la question. Mais sur le plan du développement économique, cette technologie semble rapporter gros. Elle accroît la production agricole de près du double.

Ce qui fait dire madame Déborah E. Klepp, la chargée d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis que « L’accroissement de la production agricole et de l’élevage liée à la biotechnologie permet de réduire considérablement la pauvreté au Burkina ». Son adoption est consécutive à la recherche de solutions palliatives de l’insécurité alimentaire dont souffre le pays des hommes intègres. Au niveau mondial, l’adoption de cette culture par de nombreux pays est aussi liée à la demande sans cesse croissante de la population. Si les statistiques se confirment, la planète terre devrait atteindre 9 milliards de bouches à nourrir en 2050. La biotechnologie pourrait y participer grandement.

Constantin Ouédraogo, le représentant du ministre de l’environnement et du cadre de vie admet à l’ouverture de l’atelier que « les cultures biotechnologiques peuvent être une solution pour l’atteinte de la sécurité alimentaire ». Elles sembleraient même indispensables avec cette croissance exponentielle de la population mondiale. Des conclusions pertinentes en sont sorties, pourvu qu’elles ne soient pas avalées par les tiroirs, comme c’est bien souvent le cas. Les changements climatiques constituent une menace quotidienne. Il faut donc multiplier les initiatives pour parer au pire.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s