Théophile Silga : « Donner un champion du monde de karaté au Burkina »

Lors des premiers Championnats d’Afrique de karaté do -Sankudo Kikaï- qui se sont déroulés du 29 août au 5 septembre 2010 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le Burkinabè Théophile Silga s’est hissé sur la plus haute marche du podium en combat open (toutes catégories). Dans cet entretien qu’il accordé à Fasozine.com, le champion d’Afrique burkinabè revient sur son succès et se donne pour défi, d’offrir un titre de champion du monde au Burkina.

Fasozine.com : Qu’avez-vous ressenti en donnant au Burkina son premier titre de champion d’Afrique de karaté ?

Théophile Silga : Un sentiment de satisfaction. J’étais extrêmement heureux parce que je rêvais toujours de rapporter une médaille d’or à mon papa (son maître ndlr) qui me soutient beaucoup.

Le président de la FBK vous voyait champion d’Afrique dans quelques années, mais vous avez remporté un titre plus tôt que prévu. Quels sont vos secrets ?

Mon secret, c’est le travail et l’envie de vaincre. Je m’entrainais tous les jours et ce travail a fini par payer. La prophétie du président Yaméogo, que je salue au passage, ce sera, peut-être, pour un titre mondial.

Vos ambitions ?

Je compte aller plus loin possible. Mon ambition, c’est de ramener au Burkina, un titre de champion du monde.

La conquête d’un titre de champion du monde demande beaucoup de moyens…

Les moyens techniques, je n’en doute pas du tout. Car, j’ai l’encadrement qu’il faut. Seulement j’aurai besoin aussi de l’appui des autorités.

Un appui de quel ordre par exemple ?

Moral d’abord et financier ensuite. Je suis en classe de première et une fois le bac en poche, je souhaiterais avoir une bourse pour aller continuer mes études en Europe.

Dans quelle mesure étudier en Europe aura-t-il un impact sur votre carrière de karatéka ?

En Europe, je pourrai réussir à la fois dans mes études et dans le sport. J’aurai la possibilité de me mesurer à des karatékas de haut niveau et d’une manière très régulière.

Un appel à lancer à l’endroit des autorités ?

Pour le moment, je ne demande qu’à voir le ministre des Sports (Jean-Pierre Palm ndlr).

Ndiaga Thiam

Fasozine

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s