Parrainage des candidats à la présidentielle : Refus de certifier les attestations, espoir de candidats

Dans les pièces exigées pour les dossiers de candidature à la présidentielle de novembre prochain, les candidats sont invités à fournir des attestations de parrainage d’élus. La mise en pratique de cette nouvelle disposition du code électorale est vécue différemment par les candidats déjà déclarés.

Boukary Kaboré dit le ’’Lion’’

JPEG - 20.8 ko" Le PDP/PS n’a aucun problème "

Le candidat du Parti pour la démocratie et le progrès (PDP/PS) ne devrait pas avoir à priori de difficultés pour parrainer son candidat. Selon le président du PDP/PS, François Kaboré, le parti ayant perdu deux de ses députés- ces derniers ayant fait dissidence pour créer deux nouveaux partis-la loi fait obligation au parti de se faire parrainer par 50 élus locaux dans au moins 7 régions sur les 13 que compte le Burkina Faso.


 

 

                                                                       François Kaboré du PDP/PS

JPEG - 18.4 ko

 

Le PDP/PS compte actuellement 315 élus municipaux repartis dans 10 régions et selon François Kaboré : " Nous avons de façon concertée retenu les 7 régions et identifié la cinquantaine de conseillers auxquels nous avons soumis les fiches de parrainage et ces fiches sont actuellement en cours de signature et je peux dire que plus de la moitié ont déjà été signée et sont rentrées actuellement au siège ".

Quant aux autres fiches qui ne sont pas retournées au siège du parti, elles sont en attente d’être authentifiées auprès des autorités locales compétentes car dira le premier responsable du PDP/PS " il faut qu’une autorité locale atteste et authentifie la signature de l’intéressé et c’est seulement à partir de ce moment que la fiche peut nous être retournée ".

Par mesure de prudence, le parti a retiré 55 fiches auprès du Conseil constitutionnel et selon François Kaboré, " elles ont été toutes signées et le parti a pris le soin de donner des précisions à ceux qui doivent signer pour éviter le maximum possible de rejet ".

Le ’’Lion’’ parrainé à 100% d’élus d’autres partis

La candidature de Boukary Kaboré dit le ’’Lion’’ du Boulkiemdé est soutenue par 4 partis politiques qui malheureusement n’ont pas d’élus. Le Parti pour l’unité nationale et le développement (PUND) n’a pas encore participé à une élection locale ; l’Union panafricaine sankariste / Mouvement progressiste (UPS/MP) et le Conseil nationale pour la renaissance/ Mouvement sankariste (CNR/MS) ont été créés après la dernière élection municipale. Ce qui fait que cette coalition n’a pas d’élus. Mais à en croire Romain Conombo, président du CNR/MS, la candidature du ’’Lion’’ ne fait aucun doute puisqu’il y a eu des élus qui ont accepté d’apposer leur signature sur les fiches de parrainage au profit de l’ancien compagnon de Thomas Sankara. " Je peux rassurer l’ensemble du peuple burkinabè que le commandant Kaboré sera candidat pour l’élection de novembre 2010 ", a clamé M. Conombo et de préciser qu’il n’y a pas eu de marchandage et les élus qui ont soutenu le candidat Kaboré l’ont fait par conviction.

Les parrains sont issus au jour d’aujourd’hui de 9 régions et l’ambition de la coalition est de couvrir l’ensemble du territoire car fera savoir le président du CNR/MS, des élus continuent de frapper à leur porte.

Cependant, les difficultés n’ont pas manquées. La première est que des élus ont pensé qu’ils ne pouvaient pas parrainer un autre candidat autre que celui de leurs partis.

La seconde, administrative, parce que des représentants de l’administration, avaient refuser de certifier les signatures parce les fiches leur sont inconnues.

Le candidat indépendant a quelques parrains

"Comment voulez vous qu’un candidat indépendant puisse avoir les 50 parrainages de députés et/ou conseillers municipaux repartis dans au moins 7 des 13 régions du Burkina si les partis qui ont des élus lui refusent les signatures nécessaires pour valider sa candidature ? ". Telle est la question du candidat indépendant à la présidentielle de novembre prochain, Maxime Kaboré. N’empêche que selon lui : " Au jour d’aujourd’hui, j’ai reçu le parrainage de certains élus et je reste convaincu qu’à la date limite de dépôt je remplirai les exigences de l’article 125 du code électoral ".

4 élus locaux et 73 députés pour le candidat du CDP

Au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), il n’ y a pas de soucis à se faire. Le parti a la possibilité de parrainer son candidat aussi bien par des conseillers municipaux que par des députés. Mais il a préféré utiliser la formule de conseillers et députés : " le parti a en effet décidé d’accepter que quatre élus locaux, soit le plus jeune conseiller, le plus ancien, une femme et le maire parrainent le candidat qu’il a choisi. A ces dossiers, il faut ajouter ceux des 73 députés du groupe parlementaire CDP ", peut-on lire sur son site. Un secrétariat est mis en place pour la réception et le traitement des dossiers de parrainage du candidat. Le secrétariat continue de recevoir, traiter et expliquer comment remplir les formulaires pour les cas d’erreurs.

Des maires refuseraient de certifier des fiches de l’UNIR/PS

L’Union pour la renaissance/Parti sankariste à 5 députés. Il n’a donc pas selon la loi l’obligation de faire en sorte que ses parrains couvrent 7 des 13 régions. Cependant, le parti veut montrer qu’il est représentatif. " Nous avons 3 régions où nous auriont pu couvrir les 50 conseillers mais nous avons pensé qu’il était bon de montrer notre représentativité sur le territoire national ", dira Adama Derra, secrétaire national chargé de l’administration de l’UNIR/PS. C’est pourquoi le parti a distribué ses 70 fiches dans 10 régions. Une vingtaine a déjà rempli les formalités et il n’y a pas d’inquiétudes de ce côté-là selon Dr. Derra qui ne manquera pas de reveler que des maires de partis autre que l’UNIR/PS ont refusé de certifier les fiches parce qu’ils auraient soutenu que les certifier serait apporter leur caution à une candidature d’un opposant. Une attitude qui montre que certains ont encore du chemin à faire pour comprendre que le maire siège pour la population et non pour son parti.


Ce que dit la loi

- Tout candidat à la présidentielle doit se faire parrainer par au moins cinquante élus. Lorsque l’acte de parrainage ne comprend que des conseillers municipaux, ceux-ci doivent être répartis dans au moins sept des treize régions du Burkina Faso.

Cette répartition dans les régions du Burkina Faso n’est pas exigée lorsque, en plus des élus locaux, l’acte de parrainage comprend au moins un député ou lorsqu’il ne comprend que des députés.

- Un élu peut parrainer tout candidat de son choix ; toutefois, il ne peut parrainer plus d’un candidat ou remettre en cause son parrainage. L’auto-parrainage n’est pas autorisé.

Par Bendré

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s