Réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement : Le Burkina Faso appelle à de nouveaux signes d’engagement

JPEG - 21.3 ko

Le Ministre de l’Economie et des Finances à la tribune des Nations Unies le 21 septembre 2010

En prélude aux travaux de la 65e session de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies, une réunion de haut niveau s’est ouverte le 20 septembre au siège des Nations Unies, à New York, avec comme ordre du jour principal, l’état de la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Le Burkina Faso a été représenté à cette rencontre par le Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Lucien Marie Noel Bembamba, qui y a fait une déclaration le 21 septembre.

Dure sera l’atteinte en 2015 des Objectifs du Millénaire pour le Développement. En effet, dix ans après la Déclaration du Millénaire qui a consacré le Sommet historique au cours duquel toutes les nations se sont engagés comme un seul homme, à lutter contre les fléaux qui minent le devenir des populations les plus vulnérables à travers le monde, les discours ne sont guère à l’optimisme. Certes des acquis sont mentionnés dans divers domaines, mais l’ensemble des Chefs d’Etat et de Gouvernement, ou leurs représentants qui se sont succédé à la tribune des Nations Unies à l’occasion de cette rencontre de haut niveau, n’ont pu cacher leur inquiétude, leur amertume ou leur déception quant au niveau actuel de la mise en œuvre des OMD à cinq ans de l’échéance fixée.

En effet, même si dans les discours, les uns et les autres se sont montrés optimistes pour 2015, force est de constater qu’il sera difficile de lever dans les cinq années à venir les obstacles qui se sont dressés sur le chemin depuis dix ans. Des difficultés mentionnées dans toutes les déclarations à travers des expressions telles que : « les promesses non respectées », « le nouveau mur de séparation », « le manque de volonté politique réelle », « les financements inadéquats », « le besoin de partenariat véritable », « les politiques inadaptées », « la crise économique et financière », « les engagements non tenus », « les changements climatiques », … Comment briser ces barrières qui sont en réalité bien identifiées, bien connues et qui constituent les véritables défis à l’atteinte des OMD ?

Les pays restent optimistes

Malgré l’ampleur du défi et l’imminence de l’échéance, les dirigeants des peuples se veulent rassurants et déterminés. La responsabilité commune étant toujours d’actualité les uns et les autres adhèrent à la position du Secrétaire Général de l’ONU qui estime que la non réalisation des OMD serait un échec inacceptable. Il est donc impératif de croire toujours en la réalisation en 2015, des Objectifs du Millénaire pour le Développement. C’est-à-dire entre autre, la réduction de l’extrême pauvreté, l’éducation primaire pour tous, la promotion de l’égalité des sexes, la promotion de la santé publique, la réduction de la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, la lutte contre le VIH sida, le paludisme, la préservation de l’environnement.

Néanmoins la foi à l’atteinte des OMD dans les délais doit être soutenu par de réelles actions notamment le respect des engagements pris par les pays riches, la mise en œuvre de nouveaux mécanismes de financement, la définition des politiques en fonction des OMD, une gouvernance réelle, la pratique de la justice, de l’équité et de la solidarité, l’instauration d’un véritable partenariat entre les pays riches et les pays pauvres.

Pour le Burkina Faso qui a réalisé des progrès manifestes dans divers domaines comme l’approvisionnement en eau potable, la santé, l’éducation, ce qui apparait comme fondamental dans cette bataille pour la réalisation des OMD dira le Ministre de l’Economie et des Finances, dans son intervention, c’est que « les OMD doivent être considérés comme des droits pour les populations ; ils doivent être plus que jamais une partie intégrante des stratégies globales en matière de développement et pris systématiquement en compte dans les politiques et programmes servant de cadre de référence et de dialogue avec les partenaires au développement… ».

Considérant l’ampleur du défi et la noblesse des objectifs poursuivis, le Ministre Bembamba a appelé à l’implication de toutes les nations sans exclusion aucune, dans la bataille pour l’atteinte des OMD. Ainsi, le Burkina Faso dira-t-il, « souhaite que la République de Chine Taiwan soit un partenaire à part entière de la mise en œuvre des OMD. ». Dans l’attente des conclusions des travaux de cette rencontre de haut niveau le 22 septembre, retenons que 2015 c’est dans 5 ans et que les attentes sont immenses. Il y a donc urgence, et comme l’a dit le Ministre des Finances dans sa déclaration, « Il est temps que nous donnions de nouveaux signes d’engagement et de volonté… Ensemble, nous devons œuvrer avec d’avantage de solidarité pour nous donner les chances de réalisation des OMD et concourir à l’avènement d’un monde meilleur pour toutes les populations de notre planète ».

Yolande Kalwoulé : DCPM MAECR

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s