Quelques réactions au dossier VIH/SIDA

  • VIH/ SIDA : Dans l’intimité d’un couple sérodifférent

    felicitation à l’opinion pour son travail de fond sur le SIDA. vous nous avez fait decouvrir certains aspects ( surtout psycho sociologiques) de la maladie.Mais il ya des aspects tres disterbants qui m’ont quelque peu mortifié. Je salue le courage des couples serodiscordants à reprendre gout à la vie. ils y ont droit ; mais je suis un peu perplexe lorsque ces couples decident de faire des enfants qui risquent de porter un fardeaux toute leur vie sans en etre responsable.Pire, ce que je trouve irresponsable c’est le Polygamme Issouf qui egoistement va propager la maladie à sa premiere épouse à partir de la seconde (Maimouna) qui elle est seropositive.

  • Bonjour, voici un article qui permet de comprendre que certaines personnes vont au dela des préjugés et des critiques vis à vis du sida, je souhaite à tous ces couples beaucoup de courage car la bataille est longue, le plus important c’est le dialogue, la confinace en son partenaire, et surtout surtout l’amour.

  • L’amour pour les enfants doit être le plus fort. Nous ne devons pas exposer la vie des enfants en les mettant au monde s’il y’a risque de contamination. Notre souffrance physique et morale ne doit pas être léguée à de pauvres innocents. Ayons donc un comportement responsable en ne mettant pas la vie de nos enfants sciemment en jeu. La famille Traoré doit penser à cela. La souffrance de leur enfant doit les faire réfléchir. Ils doivent à mon humble avis éviter de faire souffrir d’autres enfants en les mettant au monde. Et puis Madame Traoré doit se ménager. Félicitations quand même pour ce couple hors du commun.

  • Félicitations Frédéric, travail sérieux. Un tel article mérite d’être publié dans un bon journal. Tu fais du bon travail mais l’Opinion n’est pas la bonne tribune pour faire voir tes écrits. Ton boulot dépasse ça…

  • Felicitation pour cet article, tres bien ecrit et qui couvre beaucoup de domaines liés au SIDA. Par contre il faut regretter que les statistiques ne soient pas plus actuelles,certaines datant de 2005. mais ca donne un panorama assez complet sur le VIH dans notre pays…

  • salut cher ami.un travail bien fouillé et bien mené aussi.Il donne effectivement une idée sur la vie des couples dont l’épouse ou l’époux est inffecté(e).ce que beaucoup ignorent.Cependant le cas des Traoré fait peur malgré l’amour qu’il y a dans le couple.doit-il continuer à procreer alors que la femme est infectéé ?ne va-il pas fragiliser encore plus la santé de la femme ?ce sont des questions que je me pose.

  • Je voudrais tout simplement et sincèrement remercier M.IlBOUDO Frédéric d’avoir songé a écrire cet article. J’ai été impressionné par la qualité et la pertinence du thème abordé. il faut simplement dire que l’oeuvre est complet, et toutes les informations qui y figurent apportent quelque peu des reponses aux questions que bon nombre de couples serodifférents se posent dans l’ombre. Sans etre dans le secret des dieux, je peux pense avec conviction que votre article apportera le sourire aux lèvres désséchées de plusieurs couples qui, par peur des regards, des qu’en dira-t-on, souffrent et se consument dans le secret. En tout cas merci Frédéric et merci à toutes ces personnes qui ont témoigné et donné des conseils. Beaucoup de personnes retrouveront le bonheur et le sens de la vie grace à votre article.

  • bon travail, félicitations à Frédéric et à l’opinion,du courage en toute confraternité

  • Bravo pour cet article bien détaillé.Je rejoins ceux qui s’inquiètent pour les enfants d’un parent séropositif. Pourquoi ne pas en adopter alors,il y a tellement d’enfants sans parents,un enfant c’est un enfant. J’ai personnellement mis au monde 4 enfants,puis j’en ai adopté un d’une autre race.Il a été chouchouté par toute la famille et maintenant qu’il est un homme et a réussi professionnellement,il est très proche de moi sa maman adoptive (plus que mes enfants naturels). Un enfant,c’est un cadeau de Dieu,tout enfant a droit à être aimé et avoir toutes les chances de réussir dans la vie,alors pourquoi ne pas en adopter ?

  • Merci pour l’article qui couvre assez bien cette problematique, il serait neamoins bien de penser a soigner le style d’ecriture. Je trouve l’attitude de M TRAORE irresponsable car continuant a avoir des rspports sexuels non protegees avec sa femme et en plus il veut une famille elargie. A ce que j’ai lu, le couple TRAORE n’est pas du tout un couple aisee, ils carracolent alors pourquoi chercher a avoir une famille large dans des conditions ou ils ne peuvent survenir qu’a leur besoin minimum et en plus d’une serodifference qu’ils doivent gerer.

  • C’est rare que je le dise concernant ce "journal" que je lis régulièrement mais là je dois dire avec force que ce monsieur a produit un excellent article : l’information, l’analyse objective, l’émotion etc tout y est. Je signale que je ne suis pas journaliste mais ce sont ces éléments que le profane en matière de journalisme que je suis recherche quand il lit un article.

    Sur le contenu j’ai appris plein de chose mais je me suis renforcé davantage dans la conviction que l’éducation et la santé doivent devenir plus que jamais des priorités absolues. Pour moi tout n’est pas prioritaire. Cela au regard de la situation économique globale. Je ne suis pas un partisan de la propriétés privée des moyens de productions mais si on doit en arriver là il faut préparer le terrain à ça (en installant par exemple des habitudes sanitaires dans la population) et ça on ne peut pas le confier au privé. Comment peut-on convaincre un couple de ne pas faire d’enfant parce qu’un des conjoint est malade ? Je ne sais pas. C’est certainement possible mais j’estime qu’il faut plutôt vulgariser les technologies évoquées dans le reportage et qui sont dans des cliniques inaccessibles aux masses laborieuses. Mais à Ouaga 2000 les préoccupations sont différentes puisque ce problème n’en est pas un là-bas.

    Tout en félicitant les associations qui œuvrent dans le domaine de l’aide au PV-VIH, je souhaite qu’elles intègrent dans leur combat la demande d’un engagement véritable de l’État qui va les décharger ou les associer autrement. Leurs actions quoique salutaires sont des actions sporadiques et à la survie aléatoire. Par contre comme l’État par principe n’est jamais incapable il peut mieux s’en occuper, s’il s’en donne les moyens.

    Courage et résistance active à tous les amis qui sont atteints par ce mal, on est ensemble parce que tout le monde est malade au Faso ; ce sont nos maux qui diffèrent c’est tout.

    KELMENDI A.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s