Création artistique et changement social : le Pr Mahamadé Sawadogo en parle au 2e Forum national des créateurs

La fédération du Cartel et le mouvement des intellectuels sur la liberté ont organisé le 25 septembre dernier à la salle de conférences du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) de Ouagadougou, le deuxième forum national des acteurs de la culture. La rencontre était placée sous le thème « Création et changement social » qu’a développé le Pr Mahamadé Sawadogo, enseignant-chercheur titulaire en philosophie morale et politique de l’université de Ouagadougou.

Une cinquantaine de minutes. C’est le temps qu’a pris le Pr Mahamadé Sawadogo, professeur titulaire de philosophie morale et politique de l’Université de Ouagadougou, pour développer le thème du 2e Forum national des acteurs de la culture, à savoir : « Création et changement social ». Le conférencier a axé son intervention sur 3 points essentiels. Dans une première partie intitulée « la dimension collective du changement social », il a montré en quoi il y a une différence entre la création qui est un acte individuel et le changement social impliquant de nombreux acteurs de la collectivité.

Dans une deuxième section appelée « l’inscription de la création dans la confrontation sociale », Pr Sawadogo a démontré le fait que le créateur n’est pas extérieur à la société, et qu’une fois que l’œuvre est produite, elle est destinée à la consommation au sein de la société. Mieux, chaque changement social, aux dires du conférencier, a un volet culturel. Vu sous cet angle, les créateurs, les artistes peuvent être considérés comme des acteurs à part entière des changements sociaux. Ainsi, la Révolution française de 1889 a ses origines culturelles. Toutefois, tempère Mahamadé Sawadogo dans une 3e et dernière partie intitulée « la contrainte de l’organisation du mouvement social », une œuvre artistique n’entraîne pas systématiquement un changement social.

Dans la mesure où le changement social est le résultat d’un combat de plus ou moins longue durée sous-tendu par un idéal des acteurs, organisés en vue d’obtenir le changement. Si l’œuvre artistique vise un changement, celui-ci n’est pas toujours du même ordre que le changement social ou politique. Les créateurs le plus souvent veulent le changement pour le changement, sans un idéal. De cette façon, leur propension à produire du nouveau pour changer se retrouve en fin de compte récupérée par la société de consommation, par un groupe d’acteurs sociaux ayant du goût.

C’est pourquoi, le conférencier a conclu, en disant que la grandeur d’une œuvre artistique réside moins dans l’évasion, qu’en ses capacités à permettre au public d’affronter les problèmes, la réalité. Car, c’est en cela que réside véritablement le rapprochement entre la création et le changement social.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s